Procès du squat du collectif Baras,

Le collectif Baras est convoqué au Tribunal d’instance de Pantin : mardi 12 février 2019, 9h15, TI de Pantin. La CPAM 93 essaye de récupérer l’immeuble de l’ancienne Sécu de Bagnolet, occupé depuis fin septembre 2018 par le collectif.

Nous sommes environ 150 migrants originaires d’Afrique de l’Ouest, rassemblés dans le collectif Baras. Nous étions pour la pluspart installés en Lybie depuis quelques années déjà quand la guerre de 2011 nous a forcés à partir. Aujourd’hui nous sommes en France pour vivre tranquillement et pour travailler. La France est responsable de notre condition de sans-papiers ici, aussi bien que de la guerre et du pillage qui nous ont poussés à quitter la Lybie. Nous demandons sans cesse au préfet de nous régulariser au plus vite ! Mais les critères imposés par la loi sur la régularisation par le travail sont beaucoup trop restrictifs. Actuellement, nous travaillons dans les secteurs du nettoyage, du bâtiment, du gardiennage, de la restauration… où nous sommes exploités, ainsi que tant d’autres, puisque nous ne disposons d’aucun statut. C’est pourquoi il faut obtenir la régularisation de tou.te.s les sans-papiers !

Le collectif Baras est aussi déterminé à obtenir un toit pour l’ensemble de ses membres. Pendant des années, toutes nos démarches et demandes d’hébergement auprès des pouvoirs publics (ministères, préfectures et les 9 maires d’Est-Ensemble) ont fait l’objet de refus. Nous avons passé plusieurs mois à la rue entre 2012 et 2013, puis de nouveau en 2014, en 2017 et en 2018. Nous avons occupé des bâtiments vides à Montreuil, à Bagnolet et aux Lilas. Nous en avons été expulsés. Pendant 6 ans, le squat a été le seul moyen d’avoir un toit.

Le Collectif devait se présenter devant le juge au TI de Pantin déjà le 5 novembre car la CPAM 93 demandait notre expulsion. Or, le jour même, le maire de Bagnolet a procédé à la réquisition du bâtiment. Par cet arrêté, la Ville a essayé de soutenir concrètement notre droit à un toit. Mais le 27 novembre, un référé suspension a été introduit contre l’arrêté de réquisition. Les services du Préfet se sont rangés du côté de la CPAM. Finalement, le TA de Montreuil a annulé la réquisition et nous revenons à la case départ !

Venez nombreu.ses.x nous soutenir mardi 12 février 2019, à 9h15, au TI de Pantin, 41 rue Delizy (M. Eglise de Pantin, ou bus 249, ou bus 151)

Stop aux expulsions ! Un toit et des papiers pour tou.te.s 

Contacts : 0769954672 – 0698781039 / [email protected]