Juillet 9, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
330 visites


Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, défenseur des droits humains, est à nouveau sous la menace d’une expulsion définitive de son pays, la Palestine.

En effet, pour pouvoir vivre, travailler et rester à Jérusalem, les Palestiniens et les Palestiniennes ont besoin d’un titre de « résident permanent » délivré par les autorités israéliennes qui peuvent le retirer à tout moment.

Mercredi 30 juin, la ministre de l’intérieur du nouveau gouvernement israélien, autant d’extrême-droite que le précédent, a signé la révocation du titre de résidence à Jérusalem de Salah. Pour que cette décision soit effective elle doit être également signée par le ministre de la Justice israélien et le procureur général. Cette révocation signifierait une expulsion définitive de Salah de son pays, de sa terre natale avec l’impossibilité de revenir à Jérusalem mais aussi en Cisjordanie.

Cette menace d’expulsion a lieu après 13 mois de détention administrative arbitraire en 2018-2019, puis une semaine en 2020, mais aussi après l’expulsion d’Israël en 2016 d’Elsa Lefort, son épouse, qui depuis, ne peut le rejoindre.

Il y a donc urgence à agir et faire pression dans les prochaines heures, et l’Union syndicale Solidaires soutient toutes les initiatives pour mettre fin à cet acharnement. Nous soutenons en particulier celle de l’Association France-Palestine Solidarité d’interpeler le ministre français des affaires étrangères qui doit permettre l’annulation de cette décision en intervenant auprès du gouvernement israélien et garantir les droits fondamentaux de Salah Hamouri. Pour vous joindre à cet appel, vous pouvez vous rendre sur la page web de l’AFPS.

Les autorités israéliennes doivent cesser d’agir en toute impunité. Nous demandons, aux côtés du Comité de soutien de Salah Hamouri, que la France agisse avec détermination pour s’opposer à cette décision.

https://www.france-palestine.org/Appel-a-action-Non-a-l-expulsion-de-Salah-Hamouri-de-Jerusalem


Documents à télécharger

Article publié le 7 juillet 2021




Source: Solidaires.org