Novembre 28, 2020
Par CNT 30
266 visites


La CNT30 relaie localement l’appel confédéral à mobilisation contre la loi liberticide dite « de sécurité globale ». Elle se joint à l’appel émanant de nombreuses associations et organisations de défense des droits humains pour un rassemblement le samedi 28 novembre à 14h devant la Préfecture de Nîmes.

Cette loi a été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale mais la mobilisation ne doit pas faiblir pour autant. S’il y a peu à attendre du Sénat ou d’un sursaut des députés playmobil en deuxième lecture, son rejet par le Conseil constitutionnel est encore possible.

L’article 24, le plus problématique de ce texte, prévoit d’interdire à toute personne de diffuser « l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale, autre que son numéro d’identification individuel, lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police » dès lors que cette diffusion a pour « but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique ». Le seul fait de filmer ou de photographier conduira à des interpellations et des violences par les forces répressives de l’État, comme c’est déjà trop souvent le cas aujourd’hui. Sont directement visés les journalistes, les reporteurs-photo, les reporteurs d’images, les documentaristes, les membres d’observatoires citoyens, mais aussi toute personne qui prendra des photos avec son téléphone portable, notamment lors de manifestations ou de mouvements sociaux.

…/… (CLIQUER SUR LA VIGNETTE)





Source: Cnt-f.org