Bien que nous n’attendions rien du gouvernement, celui-ci est parvenu Ă  nous « surprendre Â» en choisissant Darmanin accusĂ© de viol et opposant au mariage pour tou·tes et un Dupont-Moretti, protecteur de violeurs et ouvertement misogyne. Si ces nominations suscitent notre colĂšre, elles s’inscrivent dans la continuitĂ© du mĂ©pris permanent de l’Etat envers les femmes.

Un Etat patriarcal et raciste au service du capital

La politique de ce gouvernement, comme de ceux qui l’ont prĂ©cĂ©dĂ©, participe directement Ă  ce que les femmes restent les premiĂšres victimes du systĂšme capitaliste et patriarcal. Les associations de luttes contre les violences faites aux femmes restent sous-financĂ©es, l’accĂšs aux soins demeure inĂ©gal, et cela, notamment Ă  cause de la destruction du systĂšme de santĂ© publique, amplifiĂ© notamment par la disparition de maternitĂ©s et cliniques pratiquant l’IVG. Destruction organisĂ©e par le nouveau Premier ministre tout comme la nouvelle ministre de la culture, Roselyne Bachelot : ils ont Ă©tĂ© les artisan-es de la casse de l’hĂŽpital et de la dĂ©gradation des conditions de travail des centaines de milliers de travailleuses qui le font tourner. Les inĂ©galitĂ©s ont aussi Ă©tĂ© renforcĂ©es par la casse de l’éducation, par une politique du logement quasi-inexistante et par une prĂ©carisation du prolĂ©tariat qui en premier lieu touche les femmes.


Des ministres violeurs, sexistes et LGBTIphobes

Aujourd’hui, c’est la une saloperie de plus. À cĂŽtĂ© de Darmanin, accusĂ© de viol et d’abus de faiblesse par deux femmes, on trouve Dupond-Moretti, avocat pĂ©naliste trĂšs mĂ©diatique qui a construit une carriĂšre juteuse sur la dĂ©fense d’accusĂ©s cĂ©lĂšbres tels que Balkany, Cahuzac, Tapie, Merah mais aussi Georges Tron. Lors du procĂšs pour viol de Georges Tron, l’avocat s’en Ă©tait pris Ă  l’Association europĂ©enne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT), alors partie civile aux cĂŽtĂ©s des plaignantes, ainsi qu’à ces derniĂšres. A propos de l’une d’elles, il dira : « Ă€ 30 ans, on n’est pas une potiche incapable de dire non Ă  un homme qui vous prend le pied. Â» Dupond-Moretti a regrettĂ©, lors de la vague MeToo, une « hyper-rĂ©glementation Â» de la sociĂ©tĂ© et accuse certains mouvements fĂ©ministes de « manipuler les femmes Â». Quant Ă  Barbara Pompili, ministre de la transition Ă©cologique, elle a soutenu financiĂšrement des associations masculinistes comme SOS Papa en Picardie et tĂ©moignĂ© en faveur de Baupin. Pour couronner le tout, la ministre Ă  l’égalitĂ© croit en la complĂ©mentaritĂ© des hommes et des femmes et Ă  la nĂ©cessitĂ© des blagues Ă  la machine Ă  cafĂ©…

Les femmes aux ministĂšres : une duperie de plus

Le gouvernement met en avant sa composition paritaire, comme si la nomination de quelques femmes changeait quoi que ce soit : Ă©lues de longue date ou patronnes de petites et grandes entreprises, elles mĂšneront exactement la mĂȘme politique que les hommes ! Nous ne nous ferons pas avoir par les quelques nominations de femmes, pas plus que par l’augmentation du nombre de dĂ©putĂ©es aux derniĂšres Ă©lections. Un gouvernement paritaire ? Plus de femmes dans les CA des entreprises du CAC40 ? En quoi ce serait une victoire ? Les travailleuses s’en foutent que ce soit des bourgeoises ou des bourgeois qui les exploitent.

Unissons nos colĂšres : organisons nous !

Le nouveau gouvernement valide ce qu’on sait dĂ©jĂ  : les pantins du capitalisme, du patriarcat et du systĂšme raciste ne feront aucun cadeau aux femmes. Les bourgeois, patrons ou politiciens Ă©chappent toujours Ă  la justice. Face Ă  eux, il est urgent de s’organiser pour dĂ©fendre nos intĂ©rĂȘts, dans nos organisations, syndicats et collectifs. Partout oĂč il faudra, tant qu’il le faudra, nous devons nous unir pour briser les mĂ©caniques patriarcales.

Commission Antipatriarcat de Union communiste libertaire, le 07 juillet 2020.


Article publié le 10 Juil 2020 sur Unioncommunistelibertaire.org