Mai 10, 2016
Par Collectif Emma Goldman
7 views


Communiqué
9 mai 2016
Mashteuiatsh, Nitassinan.

Aujourd’hui 9 mai, des membres du Regroupement des familles traditionnelles de chasseurs-cueilleurs Ilnuatsh ont manifesté dans les rues de Mashteuiatsh contre les Traités coloniaux du Regroupement Petapan et Tshash Petapan. La marche s’est terminé devant le bâtiment du conseil de bande, organe colonial participant aux négociations. Des membres du Collectif anarchiste Emma Goldman ainsi que des militant-e-s pour la décolonisation ont répondu à l’appel du Regroupement pour cette journée d’actions. Au même moment, un rassemblement avait lieu à Montréal.

Si le Traité Regroupement Petapan en vient à être signé, il va engendrer l’extinction des droits ancestraux des Innus. L’entente de principe signée en 2004, et qui sert de base à la négociation, le mentionne bien. Les Innus devront alors enregistrer leurs prises, chasser lors des périodes de chasse, obtenir des permis harmonisés avec ceux du Québec et du Canada, etc. Ce qui vient brimer totalement leur droit ancestral de chasse de subsistance. Pour ce qui est de leur territoire, le Nitassinan, il va devenir de juridiction québécoise. En effet, comme le relate le document synthèse sur l’entente de principe, l’entente distingue deux territoires, le Innu Assi, territoire que les Innus posséderont en pleine propriété, et le Nitassinan, territoire québécois sur lequel les Innus exerceront certains droits.

À soi-disant « Terre-Neuve-et-Labrador », le gouvernement provincial a conclu une entente avec les conseils de bande de Sheshatshiu et Natuashish. C’est le Traité Tshash Petapan. Ainsi, le gouvernement dit reconnaître le contrôle total de la Nation Innue sur 13 000 km carrés de territoire, un contrôle partagé sur 23 000 kilomètres carrés et des droits de chasse et de pêche sur 34 000 kilomètres carrés. C’est une perte des droits ancestraux du peuple Innu sur son territoire, le Nitassinan. Les Innus n’ont pas besoin d’un gouvernement colonial pour leur donner le droit d’être sur leur territoire et de pratiquer la chasse et la pêche traditionnelles. Ils étaient là bien avant la création de Terre-Neuve-et-Labrador qui aujourd’hui vient couper le Nitassinan en deux par une frontière artificielle! Rappelons que jamais le Nitassinan n’a été cédé par voie de traité. Les provinces du soi-disant « Québec » et « Terre-Neuve-et-Labrador » se sont érigées sur des terres volées.

En échange de leur perte de droits, les conseils de bande donnent le feu vert au développement du projet hydroélectrique du bas Churchill. C’est un scandale! Les Innus ont déjà perdu des lieux sacrés et des territoires de chasse à cause d’inondations causées par la construction du barrage de Churchill Falls dans les années 1960. À cette époque, les Innus n’avaient pas été consultés sur le projet. Pour le Regroupement, pas question de revivre ça une seconde fois!

Devant cette situation, un Regroupement des familles traditionnelles de chasseurs-cueilleurs est né. Il est appuyé par des Attikamekw des communautés de Wemotaci, Manawan et Obedjiwan. Nous réitérons notre soutien aux autres Premières Nations en lutte, dont les Anishnabeg du bassin-versant de la rivière Outaouais et les Cris de la vallée de la Broadback pour ne nommer que celles-là.

Sur la lutte en cours contre les traités coloniaux:

http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2016/04/appel-une-journee-dactions-contre-le.html

http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2016/03/nitassinan-non-la-separation-non-au.html

http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2016/03/nitassinan-lavertissement-est-lance.html

http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2016/03/nitassinan-blocage-dun-chemin-forestier.html




Source: