Ni Le Pen, Ni Macron mais surtout pas Le Pen

Comme en 2002 et 2017, nous sommes face au chantage rĂ©publicain avec l’extrĂȘme-droite au second tour des prĂ©sidentielles. En 20 ans, ses thĂšses se sont banalisĂ©es et renforcĂ©es, appuyĂ©es par les libĂ©raux, du PS aux RĂ©publicains en passant par LREM.

Mais si le RN est aujourd’hui prĂ©sentĂ© comme prĂ©sidentiable, ses soutiens et ses membres restent les mĂȘmes fascistes que lors de la fondation du FN avec une image rendue acceptable par la bourgeoisie.

Comme prĂ©vu aprĂšs cinq ans de Macron, le barrage rĂ©publicain a plus une allure d’autoroute : le RN se fait plus sĂ©duisant.

Le RN un parti raciste au service de la bourgeoisie

Le RN est une entreprise familiale qui est une alliĂ©e des classes supĂ©rieures Françaises. Si Le Pen tente de faire croire que son programme prend en compte les revendications sociales, il ne contient en rĂ©alitĂ©, Ă  l’instar de celui de Macron, pratiquement que des atteintes Ă  nos droits.

Son programme s’appuie sur la division raciale des classes populaires, faisant de la citoyennetĂ© une question d’assimilation ou de sang. Il conditionne les droits fondamentaux Ă  une vision de l’identitĂ© basĂ©e sur le racisme.

Les idĂ©ologues d’extrĂȘme-droite monopolisent la parole politique tandis que les gouvernements successifs ont appliquĂ© en partie leur programme, par opportunisme ou conviction.

Le bilan du quinquennat Macron en est l’illustration parfaite.

LREM La fascisation en marche

Macron et son gouvernement ont mis en place une politique anti-sociale qui divise le prolĂ©tariat. Leurs nombreuses lois sĂ©curitaires et islamophobes sont appuyĂ©es par une rĂ©pression violente en ayant recours systĂ©matiquement Ă  la brutalitĂ© policiĂšre et institutionnelle. Cette attitude est la preuve qu’il n’a eu de cesse de gouverner pour sa classe sociale, celle des actionnaires, au dĂ©triment de la nĂŽtre, celle des travailleurs et travailleuses.

Cette stratĂ©gie prend maintenant des allures de numĂ©ro d’équilibriste tant la victoire du RN est dĂ©sormais envisageable.

Mais qu’importe pour la bourgeoisie française, ces deux partis la soutiendront en prenant le pouvoir : le RN comme LREM appliquent la mĂȘme politique anti-sociale.

Nous pensons qu’aucune de ces exploitations n’est acceptable. Nous ne comptons pas sauver un systùme qui nous asservi.

Contre les fascistes et les libéraux, organisation et solidarité de classe

C’est en investissant les outils de luttes et en se soutenant que l’ont pourra se protĂ©ger et qu’émergerons les bases d’un nouveau systĂšme. Nous n’avons pas de place Ă  l’ÉlysĂ©e ? Qu’importe. C’est le lieu de pouvoir de la bourgeoisie, qui sert une poignĂ©e de privilĂ©giĂ©s. C’est nous qui sommes dans les hĂŽpitaux, les champs, les Ă©coles, les usines… C’est nous qui crĂ©ons, cultivons, enseignons, soignons… Contre le nationalisme et le capitalisme, soyons solidaires et dĂ©terminĂ©.e.s !

Rendez-vous dimanche 24 avril, 20H au métro Jean JaurÚs




Source: Iaata.info