Juillet 2, 2021
Par Paris Luttes
332 visites


L’émission complĂšte

L’émission (1 heure) comporte, outre plusieurs extraits musicaux :

Une contestation de l’application des thĂ©ories d’Adorno sur « l’industrie culturelle Â» aux musiques populaires post-fordistes (comme la techno de Detroit) ;

Une critique d’une vision des musiques contemporaines comme simplement « fonctionnelles Â» (comme outil de pacification et de compensation individuelle) au capitalisme et Ă  sa reproduction, comme simple « reflet Â» de sa logique interne, ou comme appareil idĂ©ologique ;

Un rappel du caractĂšre contre-culturel et contestataire de la techno de Detroit, notamment vis-Ă -vis de la soul (ancĂȘtre du RnB), en lien avec la crise du fordisme et de son imaginaire intĂ©grateur ;

Une analyse musicologique du lien complexe entre bruits de l’usine (ou des rĂ©voltes ouvriĂšres) et techno de Detroit ;

Une analyse de la techno de Detroit comme dĂ©construction sonore du grand rĂ©cit intĂ©grateur du fordisme … et du capitalisme nĂ©olibĂ©ral ;

Une dĂ©construction de l’analyse des raves (ou des clubs de jazz chez Adorno) comme lieu de reproduction de l’atomisation capitaliste et de soumission Ă  ses machines ;

Une analyse de l’écoute de la techno dans sa dimension ambivalente (Ă  la fois compensatoire et subversive) ;

Une histoire de la techno de Detroit comme rĂ©appropriation des moyens de production musicaux sur une base autonome et parfois politique ;

Une analyse du rapport entre la techno de Detroit et des imaginaires futuristes, notamment technologiques, utopiques et/ou antiracistes ;

Un appel à ne pas se contenter d’une approche anti-industrielle ou adornienne aux musiques contemporaines.




Source: Paris-luttes.info