Construit en 1959 pour des familles de traminot et de postier, réhabilité en 1990 [1] elle compte 408 logements. Depuis 2017, un « nouvel aménagement » est à l’étude. 160 logements seront rasés et 88 construits. Alors que le mot d’ordre est de construire partout, ici on démolit. Il faut dire que si à sa construction la cité était implanté à la périphérie dans un faubourg populaire ce n’est plus le cas. Le foncier s’envole dans le secteur. Entre l’embourgeoisement des Minimes, la proximité de l’opération TESO, et la 3ème ligne de métro, le quartier a bien changé. Ce serait dommage de laisser là des logements très sociaux.

Comme d’habitude les pouvoirs publics usent les gens, les humilient beaucoup, leur promettent un peu, les ignorent, les enfument. Le temps passe, les lieux se dégradent et à la fin il suffit de cueillir tout ça comme un fruit mur. Les habitant·es protestent bien entendu mais personne ne les écoutes et, s’il y a un article par semaine sur l’urbanisme à Toulouse ce n’est jamais pour raconter les misères et galères des personnes [2]. Dernière humiliation en date le mépris des bailleurs pour les associations. Celle-ci sont prié de déguerpir dans 1 mois (début mai 2021) sans alternative ni transitoire, ni définitive.

Ce jeudi 1er avril, les associations ont appris brutalement, lors d’une réunion, qu’elles devaient quitter les lieux et qu’elles avaient UN MOIS pour plier bagage. Et AUCUNE PROPOSITION ACCEPTABLE de relogement ne leur a été proposée.

L’espace immobilier dans lequel sont aujourd’hui implantées ces associations a en effet été vendu par Toulouse Métropole à PROMOMIDI, un promoteur qui prévoit de tout détruire pour en faire des petits appartements en accès à la propriété et un espace santé. […]Notre priorité commune reste les habitant-e-s et tout ce que nous construisons ensemble : le savoir être et faire ensemble, la prévention, la médiation, l’accompagnement, la solidarité, la coopération…la vie dans un village avec ses joies et ses peines.

La pétition en ligne est l’un des moyens mise en œuvre dans le cadre d’une mobilisation habitante qui commence.




Source: Iaata.info