Octobre 1, 2021
Par Brest Media Libre
280 visites


DEVONSNOUS TOUT ACCEPTER ?

Vichy : le retour ?

Macron réhabilite Maurras, mais uniquement l’homme de lettres, bien sûr, pas l’antisémite. Et Pétain aussi d’ailleurs. Ce 21/08/2021 à Brest, à la manif contre le pass sanitaire et les réformes antisociales, une espèce d’olibrius déambulait avec une pancarte antisémite « Mais qui ? », tout content de sa provocation. Un abruti dans la foule me direz-vous j’espère, ne représentant pas l’ensemble des manifestants, ça va de soi. Mais qui soutient ? Il était inquiétant de voir des gens alentour qui ne bronchaient pas, voire restaient souriants lorsque l’on expliquait que ce « Mais qui ? » faisait référence à un journaliste demandant « Qui contrôle la meute médiatique ? » (internationale) à Dominique Delawarde, un général en retraite signataire d’une tribune appelant bien tranquillou au putsch militaire. L’étron à galons grisonnants finit par répondre : « la communauté que vous connaissez bien ». A savoir les juifs. Pour ne pas risquer de poursuite judiciaire peut-être, un de ses deux neurones se battant en duel lui souffla de ne pas nommer explicitement les conspirateurs hantant son cerveau paranoïaque. Le retour du « complot juif » à une heure de grande écoute, à la téloche, bien sûr tout va bien, c’est la liberté d’expression que diable !… On peut être raciste, antisémite, homophobe après tout ce sont des opinions qui en valent bien d’autres ! Tout est mis au même niveau.



Où est la simple décence commune ?!…

Mais revenons à cette pancarte. Celle si soutenait donc la fameuse Cassandre Fristot, une ancienne du FN accusée d’antisémitisme pour une pancarte du même type mais listant une liste de personnalités, la plupart juives, avec quelques non-juifs pour alibi… Sur le « Q » on trouvait des petites cornes également. Une référence à Quanon ? Ou alors juste à un banal réseau pédo-sataniste international dans lequel on retrouverait, allez, au hasard : Jack Lang, Bil Gates (décidément dans tous les coups) et mettons un ou deux reptiliens ou frères Bogdanoff venus passer leurs vacances sur la côte d’Azur. Un individu isolé peut nuire à toute une manifestation, il suffit que des médias, des adversaires politiques montent en épingle et c’est parti pour discréditer un mouvement social !… Mais le plus inquiétant dans tout ça est peut-être la réaction des gens alentour : une ou deux personnes qui écoutent souriantes le dit olibrius très vite exalté aux pupilles dilatées. Un autre en rajoute même une couche en disant avec panache que « les juifs contrôlent les médias ! ». L’abruti à pancarte, lui, dit qu’on sait qui c’est, qu’il y a un moment il faut les nommer. Plus loin, une femme hors du cortège semble t-il, invectivera vivement le sombre crétin en question. Saine réaction ! Alentour, des gros bras très douteux ne semblent pas désapprouver l’homme, paraissent même le protéger.

Certains bien sûr nous ressortirons qu’il ne faut pas diviser etc. Oh oui bien sûr, il faut être gentil avec les braves antisémites, sinon ça serait diviser ? Et la présence de l’Action Française, on en parle quand ? De tradition royaliste, nationaliste, antisémite avec à l’époque comme icône de l’abjection qui ça… ce bon vieux Charles Maurras que Macron a donc eu la lumineuse idée de remettre sur le devant de la scène. Comme si on n’avait pas pléthore de grands écrivains en France !… Non, il faut qu’il racle les poubelles littéraires de l’histoire pour nous déverser cette ordure de Maurras !

Les manifestants doivent se désolidariser de ce genre d’individus, d’idées abjectes. On ne peut pas lutter pour la liberté avec des gens qui ne sont que pour leur liberté ou bien de quelques uns seulement. Avec des gens qui veulent exclure les juifs de la nation. Pas plus que la liberté ne doit être celle d’oppresser les noirs, les arabes, les musulmans, les réfugiés, les femmes, les LGBT, les travailleurs etc. Ca ne serait pas la liberté mais bien la tyrannie, on a assez de Macron pour cela.

Mais ne nous attardons pas trop sur ce genre de tristes individus. Nous avons bien mieux à construire pour rassembler. À la rentrée peut-être viendront des intermittents en lutte, des chômeurs, des précaires, des étudiants ainsi que des travailleurs, organisés ou non, mais poursuivant le combat du mouvement ouvrier contre la classe dominante, contre les grands capitalistes, leurs fondés de pouvoir d’État et autres médias de milliardaires diffusant l’idéologie qui soutient ces rapports de domination ayant largement pour base la production. Peut-être un jour des grèves ? Peut-être les syndicats suivront ? En tous les cas, pour élargir et faire perdurer le mouvement, nous ne pouvons pas nous baser sur des idées étriquées, nauséabondes et excluantes. Ou alors, c’est que l’on est vraiment mal barré et quelle tristesse ça serait, que deux siècles de luttes ouvrières, de conquêtes sociales souvent arrachées dans le sang, pour arriver à ce marasme ? Il ne tient qu’à nous de faire en sorte que non, nous organiser, monter des collectifs voire des petites équipes pour amener un autre son de cloche, ouvert, altruiste et de progrès social !…

PS : Ceux qui s’indigneraient du ton quelque peu polémique voire ordurier de cet article feraient mieux de se demander ou placer leur indignation et de se questionner : devons-nous tout accepter ? Qui ne dit mot… consent… et là aussi… collabore. Rester neutre ? C’est aussi consentir, par omission. A bon entendeur.




Source: Brest.mediaslibres.org