Octobre 20, 2021
Par Expansive
398 visites


[Note d’expansive : Nous publions ce texte trop tard pour le rendez-vous de lundi 18, mais son contenu reste malheureusement d’actualité]

Depuis plusieurs mois, plus de 120 personnes dont près de soixante enfants (sur)vivent dehors sous des tentes dans des conditions inacceptables.

Ces personnes sont extrêmement vulnérables aux violences : plusieurs agressions ont été commises par des individus extérieurs. Le froid se fait aussi sentir et pourtant aucune solution n’est proposée par les autorités compétentes pour loger ces personnes. Hier, la pride Deter et solidaire a rejoint la manifestation en soutien aux personnes sans papier. Lors de cette manifestation a eu lieu une réquisition populaire d’une ancienne école vacante depuis 8 mois. Ce lieu, qui appartient à la mairie, dispose de la place et des équipements nécessaires pour accueillir dans de meilleures conditions les familles actuellement à la rue.

Après avoir annoncé dans un premier temps que le lieu ne serait pas expulsé le samedi, la mairie de Rennes a envoyé les flics pour déloger les occupants.

L’expulsion s’est déroulée au son des slogans de solidarité : une expulsion en groupe soudé.e.s autour de celleux les plus en danger.

Le samedi 16 octobre à Rennes, une maire dite socialiste a envoyé les keufs pour faire en sorte que des réfugié.e.s dorment à la rue.

La mairie a le pouvoir politique et matériel d’agir concrètement pour garantir le droit au logement pour toustes. Elle laisse pourtant de nombreuses familles et personnes isolées à la rue. Chaque année, c’est aux associations locales épuisées que revient le travail d’organisation et d’accompagnement des personnes sans logement. A part envoyer la police, la préfecture n’agit pas concrètement. Il existe de nombreux logements vacants depuis plus de 12 mois. La préfecture n’utilise pourtant pas son droit de réquisition alors qu’il permettrait de loger ces personnes le temps de mettre en place des solutions plus pérennes. La réquisition ne menace d’ailleurs pas la propriété puisqu’elle est temporaire et indemnisée.

Nous soutenons l’inter-organisation de soutiens aux personnes exilées qui exige des solutions concrètes de court et long terme pour le bien de toustes.

HONTE À NATHALIE APÉRÉ. Nous lui souhaitons de dormir avec cela sur la conscience.

SOYONS NOMBREUX.SES LUNDI 18 OCTOBRE À 18H DEVANT LA MAIRIE !




Source: Expansive.info