Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Nantes: Une semaine haute en couleur (et en tag)

Mercredi midi, une Assemblée Générale de lutte sociale, contre la précarité et contre les réformes actuelles (chômage, retraites, sécu, travail de nuit) a eu lieu.
Cette assemblée générale a posé des premières revendications et a acté un appel à bloquer les facs le lundi et à rejoindre la manifestation anniversaire des Gilets Jaunes.

Jeudi midi un com-mob s’est tenu pour écrire l’ensemble des revendications étudiantes.

Vendredi matin, BLOCUS SURPRISE !
À 6h du matin, dans le froid, entre 50 et 100 personnes montaient déjà des barricades devant les portes. Si bien qu’à 6 h 30, tous les bâtiments étaient déjà bloqués, sans doute une première depuis de nombreuses années. Le camion de véolia censé venir effacer les tags s’est vu faire demi-tour, sous un tonnerre d’applaudissement, week-end prolongé pour le travailleur !
À 7h30 environs 200 personnes tenaient les barricades, avec tracts et viennoiseries à distribuer. Les étudiant.e.s sont arrivé.e.s sur un campus complètement bloqué, décoré de banderoles de soutien au camarade lyonnais ou d’appel à l’AG.
À 10h30 de nombreu.x.ses étudiant.e.s se réunissent, puis après discussion décident de faire une action auto-réduc au Crous. Des dizaines de sandwichs, salades, boissons, seront repris à ceux qui nous volent pour être distribués aux étudiant.e.s resté.e.s étudier à la bibliothèque. Un amphi a été ouvert dans le batiment éco à 12h pour une assemblée avec doyen.ne.s, profs et étudiant.e.s, l’occasion d’échanger sur nos situations respectives. Les étudiant.e.s non mobilisé.e.s ont pu entendre les étudiant.e.s mobilisé.e.s, tout comme ces dernier.e.s ont pu échanger avec les doyen.ne.s et les professeur.e.s. Deux heures de discussion et de débat très enrichissantes. Les doyen.ne.s semblent même avoir entendu l’appel à la grève générale du 5 décembre et ont soulevé une crainte: tout comme les infirimier.e.s, la rétention de copie pour la grève pourrait leur valoir une visite policière. C’est en étant solidaire que nous pourront passer au-delà de la répression et que nous obtiendrons des résultats !

Outre ces journées d’actions, la semaine fut marquée par une forte résurgence de l’expression libre sur les murs de la fac, de nouveaux slogans naissant chaque jour ! (cf photos)

Réapproprions-nous nos lieux de vies !


Article publié le 17 Nov 2019 sur Nantes.indymedia.org