Je suis bénéficiaire du RSA depuis pas mal d’année.

Dernièrement, j’ai été convoqué à la CAF de Nantes pour un contrôle. Apparemment, une contrôleuse de la CAF m’a pris en chasse. C’est vraiment l’impression que j’ai eu, une impression de prédation. Les contrôleuses/eurs de la CAF font la « chasse aux fraudeuses/eurs ». Leur métier me semble être de radier le plus de bénéficiaires possibles. D’abords repérer une proie potentielle, ensuite l’acculer, et enfin chercher une bonne raison de lui enlever ses droits.

J’ai reçu un courrier qui m’indiquait le jour et l’heure de la convocation. Je n’étais pas disponible ce jour la. J’ai appelé plusieurs fois pour décaler le RDV. J’ai laisser un message et quelques jours après avoir raté le premier RDV, j’ai reçu par la poste une nouvelle convocation, une nouvelle fois un jour ou je n’étais pas dispo.

Je trouve important de signifier aux contrôleuses/eurs de la CAF qu’on n’est pas a leur disposition et qu’il ne leur suffit pas de siffler pour nous voir accourir. J’ai donc rappelé et nous avons convenus d’un nouveau RDV. J’aime bien me dire que la contrôleuse n’a pas eu le temps de convoquer quelqu’un/e d’autre au moment ou j’ai reporté le RDV et que ça a fait baisser son nombre de RDV.

Bon, un moment, le jour du contrôle est quand même arrivé. La contrôleuse m’a averti que le contrôle avait lieu parce que j’ai validé ma déclaration trimestrielle en ligne avec une adresse IP localisée en Allemagne alors que je suis sensé résider en France. Je lui ai dit que j’utilise le proxy Tor et que même si je paraissais être en Allemagne, j’étais pourtant en France.

Le contrôle a continué. Elle m’a demandé ce que j’avais fait les dernières années comme démarche de réinsertion. Je n’ai pas répondu et elle a insisté pour avoir une réponse. Puis, elle m’a dit qu’elle avait obtenu auprès de ma banque tous mes relevés de compte sur une période de trois ans. Elle m’a fait des remarques sur mes habitudes de vie, sur le fait que je retirais systématiquement mon RSA d’un seul coup au début de chaque mois. Je ne lui ai pas dit que c’était pour me protéger des huissiers. Puis, elle a commencé a énumérer toutes les rentrés d’argent sur mon compte en me demandant a chaque fois de les justifier. Genre, « le 3 septembre 2017, vous avez encaissé un chèque de 60 euros, a quoi correspond cette somme ? ». A chaque fois je lui répond « je ne sais pas, je ne m’en souviens plus ». Elle continue a énumérer les sommes et les dates, elle a trouvé 10 entrées suspects. Elle regarde aussi les dépenses, même s’il n’y en a pas beaucoup, vu que je retire la plupart de mon argent en liquide. Elle a remarqué un paiement au consulat d’Algérie, elle me demande si je suis parti en Algérie. Le paiement était bien pour un visa, mais pas pour moi, pour une copine. Je le lui dis. Plus tôt, elle avait examiné chaque page de mon passeport pour voir s’il y avait des tampons de voyage.

Puis, elle me dit qu’elle a relevé d’autres versements qui l’avaient questionnés. « Est-ce que vous avez envoyer de l’argent à des personnes en prison ? » Elle me demande. « Je me souviens plus » je lui dit, bien décidé a lui parler le moins possible. « Bah si », elle continue en me montrant la feuille de compte qu’elle tient entre les mains et que je ne peux pas lire, « la, c’est marqué administration pénitentiaire, c’est bien pour envoyer de l’argent en prison ? » « Peut être » je lui dit. « Comment peut être ? C’est oui ou c’est non ? » Je pense vraiment que cela n’avait plus rien a voir avec le contrôle, elle cherchait juste a fouiller dans tout les recoins de ma vie privée, soit par voyeurisme, soit par technique professionnelle pour mettre les gens mal a l’aise. Je ne sais pas.

Elle a encore insisté pour avoir des factures d’eau et d’électricité (internet, ça ne compte pas) pour qu’elle puisse estimer, en fonction de ma consommation, si c’est crédible que je réside en France. Elle a fini par rédiger ses conclusions. Elle ne retiens pas la fraude volontaire, mais comme je n’ai pas été capable de justifier les rentrées d’argent sur mon compte elle va recalculer mes droits en considérant ces sommes comme des revenus. La, j’ai exigé un délai pour faire des recherches pour trouver les justificatifs des rentrées d’argent sur mon compte. Elle me donne deux semaines de délai.

Le truc, c’est que je ne suis pas très rigoureux dans la tenue de mes comptes et je ne me rappelle vraiment pas de tout. Je sais que je prête souvent de l’argent en liquide a des proches et qu’iels me les rendent parfois par chèque. Il y a aussi des personnes que j’ai hébergées, il y a longtemps, et qui m’ont demandé d’encaisser des chèques pour elles parce qu’elles n’avaient pas de compte en banque. Je n’ai plus aucune trace pour prouver ça, et je ne connais même pas le nom de ces personnes. Ce sont des chèques avec des montants en centimes, qui ressemblent effectivement a des salaires. A ma connaissance, c’est parfaitement légal d’encaisser des chèques pour quelqu’un d’autre, mais dans mon cas, ça va peut être me valoir des emmerdes.

Bien sur, tout le monde aura compris que le but de l’État est de s’attaquer aux pauvres et que la lutte contre la fraude n’est qu’un prétexte. Sinon, les contrôleurs feraient de bien meilleurs affaires en débusquant les fraudes fiscales des multinationales. Les contrôleuses/eurs CAF conduisent a ce que beaucoup de pauvres ne touchent pas les aides auxquels iels auraient droits, tandis que les riches sont encouragés a la fraude.

Une seule solution : la révolution !

[Repris d’Indymedia.]


Article publié le 29 Juin 2019 sur Non-fides.fr