[NANTES] Perquisition puis garde à vue d’une camarade

Alors qu’en cette fin de mouvement social, la répression semble être loin de faiblir, c’est à présent à notre tour de devoir y faire face.

En effet, ce mercredi matin, alors qu’elle s’apprêtait à quitter son domicile pour se rendre au travail, une membre du collectif Street Medic Nantes a subi une perquisition de son appartement par quatre policiers. Après avoir minutieusement fouillé dans son intimité, retourné ses affaires, photographié des éléments et saisi du matériel, ces derniers l’ont finalement emmenée jusqu’au commissariat central pour y être auditionnée. Elle y a alors été placée en garde à vue, après avoir découvert être ciblée par une enquête préliminaire pour des faits d’exercice illégal de la médecine, ainsi que de participation à un groupement en vue de commettre des violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique ou des dégradations.
Après une dizaine d’heures de garde à vue, elle a finalement été libérée en fin de journée. Dans l’attente d’une éventuelle date de procès, elle s’est toutefois vu signifier une interdiction de quitter le territoire français.

Nous souhaitions donc par ce communiqué lui réaffirmer notre total soutien, à elle ainsi qu’à toutes les personnes victimes d’une répression d’État de plus en plus féroce. Nous y partageons également notre rage de nous savoir désormais aussi ouvertement ciblé-e-s. Notre détermination à nous opposer aux institutions répressives ne fait que se renforcer. Les intrusions dans la vie privée voir intime que constituent les pratiques policières de renseignements, d’interrogatoires et de perquisitions sont des évènements traumatisants, contre lesquels il convient de faire front afin de les dénoncer, de les combattre et de les surmonter.

Face la répression, qui tente de nous intimider, de nous isoler et de briser les liens de solidarité, ne restons pas seul-e-s. Parlons-en, soutenons-nous, et organisons-nous afin de mettre à mal les stratégies de l’État et de ses sbires.

Soutien aux personnes blessées ou inculpées par l’État et ses chiens de garde, et ce quelles que soient leurs pratiques de lutte. Soutien à notre camarade et amie.

Street Medic Nantes


Article publié le 23 Juin 2019 sur Nantes.indymedia.org