« Quatre mois de manifestations quotidiennes, de cortèges de tête, de nuits de discussions, de blocages, de grèves, face à 4 mois d’interdictions de manifester, de violences policières, de 49.3, le tout sous état d’urgence. On peut dire après ce printemps de lutte que seul l’été aura eu raison de la belle énergie qui a mis contre la loi travail des centaines de milliers de personnes dans les rues.

On peut ajouter sans crainte de se tromper que tous les yeux sont dès à présent braqué sur la rentrée sociale.

Dans sa course autodestructrice, le parti au pouvoir avait trouvé bon de lancer sa campagne électorale du 26 au 28 août prochain dans un centre ville de Nantes encore marqué par ces derniers mois de manifestations. Nous nous sommes retrouvés il y a quelques semaines, étudiants, chômeurs, syndicalistes, salariés, lycéens, occupants de la zad, pour organiser face à cette provocation un contre événement. Très vite nous avons constaté que cet appel promettait de faire converger sur Nantes toutes celles et tous ceux, nombreux.euses, qui attendent dès le mois de septembre une reprise des hostilités. Et il n’aura pas fallu attendre plus de deux semaines pour que le Parti Socialiste qui a fini de consumer tout l’espoir de la gauche annule son université d’été.

Lire la suite sur Indymedia Nantes

Contact : stopunivpsnantes(at)riseup.net »