Revendication en soutien à Exarcheia

Quelque part entre le 28 et le 29 août 2019, j’ai brisé la vitrine du consulat honoraire de Grèce, situé Rue Léon Jost, et inscrit au marqueur « STOP LOI ET ORDRE A EXARCHEIA ».

Ceci est un acte non violent.

Ses détracteurs le désigneront comme violent, comme le font toujours les dominants qui aiment à être seuls mètres du degré de violence. Tandis que « Loi et ordre », transférant des exilées vivant libres vers des centres d’enfermement, avec la complicité des fascistes d’Aube Dorée, ne serait qu’une opération de rétablissement de l’ordre, qu’une application des lois démocratiquement promulguées. Violente certes, car un enfant à qui on soustrait le toit au-dessus de sa tête, à qui on éloigne les visages qui faisaient apparaître un gigantesque sourire sur le sien, à qui on sépare des jouets qui l’émerveillaient et dont il se souviendra toute sa vie, ce n’est que violence qui lui est faite. Mais le monopole de la violence légitime étant accordée à l’État, les complices du pouvoir n’utiliseront jamais ce terme pour désigner ce que l’Autorité met en place pour sacrifier la liberté. Car selon ces complices, la violence est soit populaire et illégitime, soit policière et légitime. Jamais populaire et légitime à la fois.

Ceci n’était qu’une vitrine.

J’ai décidé d’éclater cette vitrine pour montrer qu’elle ne protège pas une entité invulnérable. À défaut de me battre directement contre les forces voulant détruire ce qui se vit dans le quartier d’Exarcheia, je le fais de là où je suis, là où je peux atteindre l’une des extrémités d’une tentacule de ce gouvernement grec, en vue de le faire reculer par réflexe, par peur, par instinct de survie. Si on veut abolir le pouvoir, les formes de vie comme celles déployées à Exarcheia doivent être défendues par l’action directe.

Défendre Exarcheia, je considère cette œuvre comme un moyen et une fin. Une fin car ce sont des individus qui là-bas sont chassés, expulsés, atomisés, à qui on fait l’injonction d’obéir, à qui on nie toute dignité. Un moyen car Exarcheia est un des exemples qui me permettent d’imaginer un monde sans Autorité, solidaire, ouvert et critique sur lui-même et les autres. Or j’ai eu besoin d’autres imaginaires pour sortir de la résignation que l’Autorité a voulu m’imposer toute ma vie.

Et si ceci n’a pas suffi, alors je reviendrai. Ou alors, une autre reviendra. Parce que ceci n’était qu’un avertissement. Et il se pourrait cette fois qu’à défaut d’obtenir ce que je souhaite par une méthode non-violente, alors je ne puisse qu’imaginer une méthode violente, face à la violence déployée par l’Autorité, se manifestant là par le gouvernement grec.

un loup

[Publié le 29 août 2019 sur Indymedia-Nantes. Traduit en italien ici et en anglais .]

* * * * *

Et voilà qu’est ce qu’en disent les journaflics de Ouest-France, dans leur édition de jeudi 29 août 2019

Vitre cassée et tag… Le consulat de Grèce, rue Léon-Jost au nord de Nantes, a été la cible de dégradations dans la nuit du mercredi 28 au jeudi 29 août.
« On ne comprend pas, il n’y avait pas eu de menaces, pas de précédent », confie-t-on au consulat de Grèce, ce jeudi 29 août. Les dégradations ont été découvertes ce matin, à l’ouverture des locaux, rue Léon-Jost, au nord de Nantes. En plus du bas de la vitrine brisée, deux impacts sont également visibles. Selon nos sources, les dégradations auraient été commises à coups de marteau. Un outil qui aurait été abandonné devant le consulat par l’auteur des faits.
Le tag inscrit au feutre, près de l’entrée du consulat, permettra peut-être de déterminer les raisons de ce geste.


Soutien à Exarcheia en Grèce

On ne baisse pas la garde. Bien au contraire. D’autres actions se préparent et le pouvoir n’est pas au bout de ses surprises. Avec l’arrivée de septembre, Exarcheia se réveille de sa torpeur estivale et reprend force et vigueur. L’affaire n’est plus aussi simple pour les valets de Mitsotakis, le nouveau premier ministre dont la priorité électorale était « d’en finir avec Exarcheia avant la fin du premier mois ». Le chef du gouvernement est complètement ridiculisé deux mois après. Exarcheia est encore debout et ses soutiens se multiplient en Grèce et partout dans le monde (nouveau point sur les actions, photos et messages de soutien bientôt).

A Exarcheia, quartier athénien, l’offensive policière est un peu retombée, mais de nouvelles attaques contre les squats sont à craindre.

Jeudi 5 septembre, une banderole a été déployée en soutien, devant le consulat de Grèce à Nantes [lors d’un rassemblement de solidarité].

Et sinon, l’émission du 2 septembre sur Radio Cayenne a causé d’Exarcheia, le podcast est disponible ici : https://radiocayenne.noblogs.org/

Ici une vidéo de la manif du 31 août à Exarcheia (Youtube).

[Publié le 7 septembre 2019 sur Indymedia-Nantes.]


Article publié le 11 Sep 2019 sur Fr.squat.net