Mutilé le 22 mai 2018 sur la #zad #NDDL, Maxime, soutenu par ses parents, porte plainte et met en cause le gendarme tireur, son commandement, le fabricant de la grenade ainsi que les autorités publiques administratives et politiques.