Septembre 30, 2021
Par Squat.net
143 visites


Nous partageons ici le tract du « Comité de soutien à la Maison de l’Ermitage de Montreuil » du 28 septembre 2021. Retour sur une étrange pratique d’expulsion à la ville de Montreuil, accompagné d’un historique du lieu… RDV Samedi (2 octobre) 14h à la Parole Errante pour organiser la solidarité ! L’Ermitage est un lieu de vie, d’auto-organisation, mais aussi les coulisses de nombreuses initiatives solidaires dans la ville de Montreuil et sur Paris ! Défendons la maison de l’Ermitage !

Depuis 2018, la maison du 18, rue de l’Ermitage était occupée. Propriété de la mairie de Montreuil depuis 1990 et jusque là louée à des proches des maires successifs, elle était restée vacante depuis l’arrivée au pouvoir de Patrick Bessac, mais la situation de détresse de logement de Mme Fahima LAIDOUDI, son fils et d’autres occupantEs sans logement nous avait conduit à la réquisitionner. Depuis cet été, des pourparlers étaient en cours avec le cabinet du maire et la préfecture pour résoudre les problèmes de logement de ses occupantEs et décider d’un avenir collectif pour cette maison qui ne devrait pas être bradée à des promoteurs immobiliers, mais servir au bien commun.

Samedi 25 septembre, après avoir préparé des sandwichs pour être distribués dans une manifestation, les habitantEs avaient quitté les lieux à 13 heures pour se rendre à Paris au lieu du rassemblement. A leur retour aux alentours de 19h, les habitantEs ont alors trouvé porte close, une chaîne avait été installée ainsi que des vigiles et chiens d’attaque afin de les empêcher de réintégrer leur logement. Les voisinEs leur ont alors expliqué qu’un incendie s’était déclaré une heure après leur départ de la maison, vers 14 heures, et qu’ils avaient immédiatement prévenu les pompiers que des personnes étaient potentiellement restées bloquées à l’intérieur. Merci à eux pour leur réactivité et leur solidarité !

Ce serait vers 18 heures que la mairie aurait décidé d’envoyer une société de gardiennage privée changer la serrure et prendre possession des lieux. Pourtant, sur le plan légal et de l’aveu même de la police, aucun commandement de quitter les lieux n’avait alors été émis contre les occupantEs, un point devant être fait avec la préfecture en octobre sur la situation de la maison et de ses habitantEs.

L’expertise des pompiers a permis de constater 3 départs de feux, à 3 endroits différents de la maison… De quoi prêter à interrogation. Tout comme l’absence totale de préoccupation de la mairie pour ses habitantEs, premièrEs sinistréEs, dont elle avait les contacts au travers du cabinet de la mairie et avec qui elle avait durant l’été entamé des négociations ! Loin de s’inquiéter de leur situation, c’est étonnement les agents de police qui ont demandé des nuits d’hôtel pour les occupantEs, et pas la mairie, uniquement préoccupée de la condamnation informelle des lieux par une société de sécurité financée avec l’argent des contribuables.

C’est ainsi que dès le lundi matin des agentEs des services d’hygiène de la mairie étaient dépêchéEs sur place, accompagnéEs de la BAC, pour faire légaliser au plus vite le gardiennage de la maison pour raison de sécurité suite à l’incendie, bien qu’une seule des huit pièces de la maison ait été touchée par les flammes. Malgré le campement improvisé par les habitantEs à l’extérieur de la maison, aucun éluE, aucun membre du cabinet, aucune personne des services de l’habitat ne s’est rendu sur place pour discuter avec les habitantEs, leur permettre de constater les dégâts, ni leur donner accès à leurs affaires, leur mobilier et les provisions restés à l’intérieur de la maison. De sorte que les habitantEs de l’Ermitage se trouvent actuellement dans une situation d’expulsion de fait, cet incendie venant à point nommé pour contourner la procédure légale en cours, l’avocat de la mairie ne se privant pas d’ailleurs de rappeler la précarité juridique de ses habitantEs plutôt que de s’inquiéter de leur situation.

Suite à l’incendie, une plainte a été déposée contre X par les habitantEs. Une autre devrait être ouverte pour violation de domicile. Nous attendons des explications de la mairie. Nombre d’habitations ont connu des sinistres bien plus graves, n’ayant jamais conduit à la mise à la rue de leurs habitantEs.

Depuis l’incendie, aucun contact n’a été établi par les services de la mairie en vue de résoudre le problème critique du logement des habitantEs, aucune assistance mise en place de son propre chef et aucun accès aux affaires n’a été jusque là permis, bien que trois vigiles vivent et dorment sur place.

NOUS DEMANDONS A ÊTRE ENFIN PRISES EN COMPTE
ET REÇUES PAR LA MAIRIE SUITE A CET INCENDIE

Pour savoir où nous allons dormir en attendant d’avoir de nouveau accès à la maison.
Pour discuter avec les services d’hygiène de la mairie afin qu’ils nous informent de comment réintégrer les pièces non endommagées par l’incendie
Pour avoir accès à nos affaires toujours inaccessibles à ce jour à l’intérieur de la maison
Pour discuter de l’avenir du 18 rue de l’Ermitage, sachant qu’un rendez-vous devait avoir lieu avec une adjointe et des éluEs en charge du logement, au cours duquel devait être discuté une convention d’utilisation de cette maison.

En effet le comité de soutien du 18, rue de l’Ermitage souhaite pérenniser ce lieu où de multiples activités sociales et culturelles se sont déroulées durant plusieurs années :

– préparation de cantines : le lieu sert à récupérer, stocker et préparer des repas pour diverses actions ou pour les personnes en situation de précarité de Montreuil et d’ailleurs.
– des maraudes ont également pu voir le jour grâce à ce lieu : distributions des repas aux sans-abris, étudiantEs précaires, migrantEs, lieux occupés ou en manifestation(s).
– des hébergements : sorte de « 115 citoyen » la maison de l’Ermitage a permis de loger temporairement des mineurEs migrantEs, des femmes en danger, des familles expulsées, palliant ainsi à son niveau les différentes carences de l’État et des collectivités territoriales.
– des soutiens à différents collectifs de luttes : nombre d’associations ou de militantEs trouvent en la maison de l’Ermitage un lieu ressource afin de commencer ou poursuivre les luttes. L’ermitage est un lieu de ressource pour la vie locale mais aussi un lieu de rencontres et de réflexions autour de questions internationalistes.

On peut en avoir un aperçu en listant les partenaires ou soutiens qui mènent le combat avec nous afin de s’opposer à l’expulsion demandée par la mairie de Montreuil : La parole errante demain – EVA (enfants venus d’ailleurs) – l’association de quartier Charton et autour – Awa Gueye et le collectif Justice et Vérité pour Babacar Gueye – Brigades de solidarité populaire de Porte de Paris – Brigade de solidarité populaire Bagnolet/Montreuil – Collectif Vies Volées – Comité Adama – Comité Vérité et Justice pour Lamine Dieng – Stop Précarité – Femmes Gilets Jaunes Île de France – FUIQP Paris-Banlieue – Les Gilets Jaunes de Montreuil – Gilets jaunes de Rungis – Justice pour Ibo – Hébergement solidaire – Montreuil Rebelle – Les Mutilés pour l’exemple – Non aux expulsions à Montreuil – NPA Montreuil – Les réfractaires du 80 – Réseau d’entraide Vérité et Justice

Comment nous soutenir ? En faisant connaître cette lutte autour de vous – en rejoignant le comité de soutien (via le mail : lesamisdelermitage [at] tutanota [point] com – et en participant et relayant ses actions.


Des groupes à Montreuil https://radar.squat.net/fr/groups?fulltext=Montreuil
Des squats à Paris et banlieue https://radar.squat.net/fr/groups/city/paris/country/FR/squated/squat
Des squats expulsés: https://radar.squat.net/fr/groups/city/paris/field_active/1/squated/evicted
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) à Paris et banlieue https://radar.squat.net/fr/groups/city/paris/country/FR
Des événements à Paris et banlieue https://radar.squat.net/fr/events/city/Paris


Paris-Luttes le 30 septembre 2021 https://paris-luttes.info/maison-de-l-ermitage-a-montreuil-15371




Source: Fr.squat.net