Mars 18, 2022
Par Le Poing
308 visites

Le jeudi 17 Mars était une journée de grève intersyndicale et interprofessionnelle pour la revalorisation des salaires et des pensions à l’appel d’une intersyndicale CGT, FSU, Solidaires, Unsa et de plusieurs organisations lycéennes avec un appel à manifestation à Montpellier devant la gare à 13H. Un rendez- vous raté ?

Ce jeudi 17 mars, 300 à 400 personnes se sont retrouvées devant la gare pour une très courte manifestation qui est montée au Peyrou, redescendue jusqu’à la Préfecture où elle s’est arrêtée sans grande conviction. Même si le 14 mars, le gouvernement a annoncé le relèvement du point d’indice des fonctionnaires, la défense du pouvoir d’achat, une revalorisation des salaires, des retraites et des bourses étudiantes restent l’essentiel des revendications pour faire face à l’augmentation du coût de la vie.

Cet appel à la grève faisait suite à la journée de mobilisation du 27 Janvier où rassemblements et manifestations avaient été organisés à l’appel des syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires et d’organisations de jeunesse autour du pouvoir d’achat.

Simplement ce jeudi, il y avait peu de monde dans la rue, et seuls le Collectif des Acteurs Actrices du Social et des Oublié.es de la Société ainsi qu’un un petit cortège étudiant à l’appel du S.C.U.M ont véritablement animé cette manifestation.

Peut on attribuer ce déficit de mobilisation au feuilleton des échéances électorales ? Au contexte de guerre en Ukraine ? Malgré une situation de plus en plus difficile avec 25 % de précarité professionnelle, que ce soit dans le privé ou dans la fonction publique, on ne peut que constater ce paradoxe : cette situation n’entraîne pas, ne produit pas la mobilisation générale, alors que dans certaines entreprises privées la lutte existe encore. Peut on parler d’une « asymétrie de mobilisation » entre le secteur privé et la fonction publique comme le suggère un syndicaliste à la fin de la manifestation, en insistant sur la rareté des mobilisations sociales en période électorale ?

Malgré ce constat le calendrier mobilisationnel persiste avant les présidentielles ! D’autres rendez-vous ont déjà été donné pour poursuivre la mobilisation : le 24 Mars pour une manifestation régionale des retraité.e.s à 13H devant le kiosque Bosc et le 31 Mars pour une journée d’action de la fonction publique territoriale avec un rassemblement devant le Conseil Départemental à 10H30.




Source: Lepoing.net