Décembre 11, 2022
Par Le Poing
170 visites

Ce samedi 10 décembre, des gens de toute la France ont répondu à l’appel à manifester contre l’inflation et la hausse des prix à Montpellier; une manifestation dynamique pour un mouvement qui pourrait s’inscrire dans la durée

À 14 h sur la Place de la Comédie, une ambiance fébrile se faisait ressentir. Beaucoup de gens, en noir ou en gilet jaune, semblaient contents de se retrouver après des mois sans mobilisation – hormis syndicale – dans les rues de la ville.

Le cortège, suivi de près par un important dispositif policier, a alors commencé à déambuler dans le centre-ville, sans itinéraire précis, jusqu’à attérir à Plan Cabane. Dans le brouhaha quasi-ininterrompu des pétards qui explosent, des slogans offensifs donnaient un ton dynamique à la manifestation : “Contre le chômage et la vie chère, pillages et sabotages”, ainsi que les traditionnels “tout le monde déteste la police” ou “La police fait son travail, ça crève les yeux”.

Sur le chemin, quelques vitrines seront taguées et des poubelles renversées.

Après un premier tour de chauffe parfaitement désorganisé, rappelant le pic du mouvement des gilets jaunes, la manifestation a continué vers Antigone, toujours suivie de près par des policiers. De retour sur la Comédie, le cortège s’est progressivement dissous dans le calme, sous le regard d’une unité de CRS et de la Compagnie Départementale d’Intervention (CDI 34).

Neuf interpellation préventives

Le mot a rapidement tourné au sein des manifestants. Neuf personnes ont été interpellées à Lattes en amont de la manifestation alors qu’elles se rendaient à celle-ci, à la suite d’un contrôle de police. Après avoir passé 24 heures en garde à vue, elles sont toutes ressorties ce dimanche, certaines avec une Comparution de reconnaissance préalable de culpabilité ‘CRPC) ou une convocation au tribunal en 2023.

Parmi elles se trouvaient un universitaire en thèse, mandaté par l’université de Pau pour faire des recherches sur les mouvements sociaux. Malgré une présentation d’un justificatif émis par son unité de recherche durant son audition, il est resté 24 heures au commissariat.

Un mouvement parti pour durer ?

Si l’inflation et la vie chère sont parties pour durer dans le temps , il semblerait que le mouvement qui l’accompagne se cherche aussi des débouchés politiques sur le long termes. Après plusieurs assemblées générales contre la vie chère à Montpellier, le vendredi 9 décembre, quelques dizaines de personnes se sont réunies devant les locaux d’Enedis pour bruler des factures d’électricité et ainsi s’opposer à l’augmentation du coût de la vie.

Une prochaine assemblée générale contre la vie chère aura lieu le samedi 17 décembre au square de la Tour des Pins, tout près du Peyrou en allant vers Albert 1er, à 14h.




Source: Lepoing.net