Novembre 24, 2019
Par Le Poing
206 visites




Rassemblement devant le Crous de Montpellier, le 12 novembre 2019

Le 8 novembre, un étudiant syndiqué à Solidaires Étudiant·e·s a tenté de s’immoler par le feu devant le Crous de Lyon ; il est toujours sous coma artificiel. Une tragédie politique, puisqu’il avait publié une lettre sur les réseaux sociaux dans laquelle il accusait « Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de [l]’avoir tué, en créant des incertitudes sur l’avenir », avant de terminer par ces mots : « Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la sécu ». Dans la foulée, les étudiants se sont mobilisés dans de nombreuses villes de France, notamment à Montpellier, avec un rassemblement de 150 personnes le 12 novembre.

Le mouvement continue cette semaine avec trois rassemblements à
Montpellier : le mardi 26
novembre à midi
devant le restaurant universitaire Vert-Bois, à
l’initiative de Solidaires Étudiant·e·s ; le même mardi
à 19h15
dans la salle D01 de l’université Paul Valéry pour
un comité d’action appelé par le Syndicat de combat universitaire
de Montpellier (SCUM) ; et le jeudi
28 à 16h
devant les bureaux de la direction (bâtiment L) de la
fac Paul Va pour un rassemblement organisé par l’union des
étudiants communistes, rattachée au parti communiste français.

Pour le moment, l’ambiance n’est donc ni à l’unité, ni au débordement des cadres classiques de la mobilisation étudiante. Le 4 décembre à 10h, Solidaires Étudiant·e·s appelle à une assemblée générale (AG) sur le parvis des amphithéâtres de l’université Paul Valéry. Les AG décidant elles-mêmes de leurs revendications et de leurs méthodes d’organisation, ce rendez-vous pourrait être l’occasion pour les étudiants de se doter d’un outil capable de se mettre en branle pour fortifier les luttes sociales. Affaire à suivre.




Source: Lepoing.net