Juin 5, 2020
Par Le Poing
13 visites


Après le meurtre de George Floyd par des policiers, Minneapolis et tous les États-Unis se sont embrasés. L’onde de choc s’est répercutée dans le monde entier, de l’Italie à la Nouvelle-Zélande en passant par le Canada, la Nouvelle-Zélande ou bien encore l’Irlande. En France, le comité vérité et justice pour Adama Traoré, du nom de ce jeune noir tué par la police en 2016, a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes. Des milliers de manifestants, très jeunes pour la plupart, ont déferlé dans les rues de Lille, Marseille, Lyon, Toulouse, Nantes, Montpellier… La plupart des médias relayent la parole des gouvernants selon laquelle un noir tué par des policiers blancs aux États-Unis, c’est insupportable, mais un noir tué par des policiers blancs en France, c’est explicable, excusable, et cela ne relèverait évidemment en rien le racisme et les violences d’État.

Hier, le journal d’investigation Le D’Oc révélait le rapport d’autopsie suite de Mohamed Gabsi, mort le huit avril dernier à Béziers suite à son interpellation par des policiers municipaux répondant aux ordres de Robert Ménard, maire d’extrême-droite. Scoop : le rapport établit un lien entre l’arrestation et sa mort, c’est bel et bien un énième meurtre policier. En France, on compte en moyenne une quinzaine de personnes tuées par la police chaque année, essentiellement des jeunes hommes noirs et arabes, et c’est quasiment autant de personnes qui sont mortes lors du confinement. Ce soir, une nouvelle manifestation est prévue à 18h à Montpellier au départ de la place de la Comédie. Ne loupons pas l’occasion historique de faire éclater un mouvement social d’ampleur sur la question spécifique des violences policières. La peur doit changer de camp.




Source: Lepoing.net