Une vingtaine de personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Montpellier ce mardi soir suite à l’expulsion, la veille, du squat Bouisson-Bertrand dans le secteur Euromédecine. Aucune solution de relogement n’a été formulée par les autorités depuis l’évacuation du bâtiment. Deux banderoles ont été accrochées sur les grilles de la préfecture, avec les inscriptions : « le préfet jette à la rue des centaines de demandeurs d’asile » et « expulsion de la honte ». Quelques minutes plus tard, des policiers de la compagnie départementale d’intervention positionnés derrière la place du Marché aux Fleurs sont passés par l’enceinte de la préfecture pour venir arracher les banderoles sous les huées des personnes présentes. Le rassemblement se terminera dans le calme, avec la présence de la députée Muriel Ressiguier (La France insoumise), venue apporter son soutien à l’initiative.

Autre point important de cette journée : le fondateur de l’association « Solidarité Partagée » en charge de la gestion du squat, a été placé en garde vue, puis relâché, suite à « l’occupation » de la Place des Martyrs de la Résistance durant la nuit lundi à mardi, une action effectuée dans le cadre de la protestation face à l’expulsion du bâtiment.

Photos de Samuel Clauzier


Article publié le 01 Sep 2020 sur Lepoing.net