Septembre 30, 2022
Par Le Poing
239 visites

Une marche blanche aura lieu le ce samedi 1er octobre à 14h au départ du quartier Pierrevives de Montpellier, en hommage au jeune Karim, décédé le 6 juin 2022 dans une cellule du quartier disciplinaire du centre pénitentiaire de Béziers, dans des circonstances jugées floues par la famille et son avocat.

Le 6 juin, le corps sans vie du jeune Karim, 21 ans, est découvert pendu dans une cellule du quartier disciplinaire du centre pénitentiaire de Béziers où il avait été placé trois jours plus tôt.

Depuis, la famille reste dans le flou quant aux circonstances exactes de la mort de Karim. Si une enquête pour « recherche des causes de la mort » a bien été ouverte dans les jours suivant le drame par le Parquet de Béziers, la famille de Karim a de son côté déposé une plainte pour « non-assistance à personne en danger .»

Avant le décès de Karim, Me Abratkiewicz, l’avocat de sa famille, avait rédigé plusieurs courriers pour alerter la maison d’arrêt sur « l’état mental préoccupant et les discours incohérents » tenus par le jeune homme depuis plusieurs mois, alors que ses proches insistaient fermement sur la nécessité de lui prodiguer des soins. Des requêtes que l’administration pénitentiaire, sans surprise, n’a pas entendues… Laquelle aura préféré envoyer Karim en quartier disciplinaire, ou mitard à de nombreuses reprises. Le mitard est une cellule de 5 à 6 mètre carré, dans laquelle le détenu est privé de tous ses effets personnels, ne peut sortir qu’une heure par jour, seul. Le Comité de prévention de la torture demande à ce que la détention maximale en quartier disciplinaire passe de 30 à 14 jours.

On se suicide dix fois plus dans les prisons françaises qu’à l’extérieur, et sept fois plus au mitard qu’en détention classique.




Source: Lepoing.net