Août 21, 2021
Par Le Poing
237 visites


Alors que le mouvement contre le pass sanitaire semble se tourner petit à petit vers de nouvelles formes d’action, les participants à la manif de ce samedi 21 août étaient toujours aussi nombreux. Les militants fascistes de la Ligue du Midi et de Jeunesse Saint Roch, constitués en garde rapprochée du leader autoproclamé Derouch, ont été brièvement expulsés du défilé.

Toujours aussi mobilisatrice, la manif de ce samedi 21 août contre le pass sanitaire a rassemblé 9 500 personnes selon la préfecture, 40000 selon les organisateurs, au départ de la Comédie. Un début ponctué des traditionnelles prises de paroles des organisateurs. Libres. En théorie. En pratique les observateurs sur le parvis de l’opéra Comédie auront assisté à une intervention paniquée du leader autoproclamé Derouch, pour interrompre des militants antifascistes soucieux de dénoncer la présence de divers groupes d’extrême droite, dont la Ligue du Midi. Laquelle sert depuis deux semaines de garde rapprochée du même « apolitique » Derouch. D’où un concert de huées et d’applaudissement qui partage la foule.

Le cortège se met en branle, toujours aussi hétéroclite : jeunes, vieux, pompiers et soignants mobilisés, gilets jaunes. Les symboles et messages brandis le sont tout autant. Pancartes de soutien au contestable professeur Didier Raoult, poussé au départ de la direction de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection. Fouché, sulfureux patron du site conspirationniste RéinfoCovid a droit aussi aux hommages aux quatre coins du cortège. On retrouve aussi slogans antifascistes et revendications sociales. Et surtout  des slogans plus classiques exprimant le rejet de la société de contrôle qui se met en place.

Plusieurs accrochages entre les militants d’extrême droite encadrant Derouch et un cortège antifasciste ont eu lieu. Le premier rue Foch, quand les antifas ont voulu prendre la tête de la manif au Peyrou pour la détourner, sans succès, du parcours encore plus restreint qu’à l’accoutumée imposé par la préfecture. Le second, le plus conséquent, a vu les militants de la Ligue du Midi, groupe raciste et homophobe dont plusieurs membres ont été condamnés pour des violences sur militants progressistes, temporairement exclus du défilé par le même cortège d’antifascistes. Plusieurs blessés légers dans ces affrontements au pied de la cathédrale Saint-Pierre, dont Gilles Dussauge, proche de Serge Ayoub [ NDLR : militant de l’extrême droite la plus virulente anciennement dirigeant des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires et de Troisième Voie. ] Enfin, quelques tensions de retour sur la place de la Comédie.

Si on a pu observer un engouement d’une partie du cortège pour l’action menée au pied de la cathédrale Saint-Pierre, l’attitude à tenir dans ces manifestations est l’objet de dissensus. Les appels à l’unité la plus totale, même avec les forces d’extrême droite qui peuvent s’en prendre physiquement aux individus trop rouges, noirs, basanés, pas assez hétéros rencontrent un écho certain, bien au-delà des cercles de sympathisants. De la boue a coulé sous les ponts depuis les mobilisations de 2002 contre l’accession au second tour de Jean Marie Le Pen…

Un prolongement en manifestation sauvage après l’arrivée à la fin du parcours préfectoral aura exalté quelques milliers de personnes, slalomant entre les cordons de CRS déployés autour de la place du Marché au Fleur.

La présence d’éléments d’extrême droite ne peut-être banalisée, d’autant qu’elle peut indirectement bénéficier d’une certaine influence via les réseaux de complotistes auxquels elle est connectée. Elle ne saurait conduire à condamner une immense majorité de manifestants qui en sont manifestement très éloignés. La lutte contre le pass sanitaire semble, à la marge pour le moment, se tourner vers de nouveaux modes d’action. Avec des blocages symboliques de grandes surfaces à accès soumis au pass sanitaire, ou encore des blocages d’autoroutes. Alors que la colère ne semble pas retombée, quelles évolutions pour le mouvement ? Pour le savoir rendez-vous tous les samedis 14h place de la Comédie.




Source: Lepoing.net