Ce samedi 6 juin, le rendez-vous hebdomadaire des gilets jaunes de Montpellier été placé sous le signe du refus des violences de la police. Actualité oblige, et alors que des rassemblements sur le thème des crimes de la police ont rassemblé des milliers de personnes dans plusieurs grandes villes comme Paris, Lyon, Bordeaux, Rennes, Nîmes ou Béziers, la manifestation a été ralliée par quelques personnes issues des manifestations de ce mardi 2 et de ce vendredi 5.

Au total, environ 200 personnes ont défilé dans les rues de l’Écusson, entre la place de la Comédie, la gare et le Polygone. Qui a dû fermer ses portes une partie de l’après-midi.

Notons que malgré l’interdiction de la manifestation, le dispositif policier s’est fait tout à fait discret et passif. Alors que le pays est traversé par des manifestations pointant du doigt l’action des forces de l’ordre, et qui mobilisent au delà du public militant traditionnel ou du noyau dur du mouvement gilet jaune, la préfecture de l’Hérault serait-elle en train de jouer la carte de l’apaisement pour éviter que la situation ne s’envenime ?


Article publié le 06 Juin 2020 sur Lepoing.net