Après une première audience vivement contestée, le Tribunal de commerce procédera le 16 juin à un nouvel examen des offres de reprise du géant de la puériculture.

Le Tribunal de Commerce de Montpellier a rendu ce jeudi un jugement d’apaisement, concernant la cession de la société Orchestra-Prémaman, grand groupe de la distribution de vêtements pour enfants et puériculture. Le siège social d’Orchestra, et deux entrepôts (dont l’un, géant, à Saint-Aunès), occupent près de deux cents salariés à Montpellier et environs. Lesquels observaient une heure de débrayage quotidien depuis la semaine dernière, signifiant leur totale opposition au plan de reprise présenté par Pierre Mestre, le propre directeur du groupe en déconfiture, à qui ils n’accordent plus leur confiance.

Une audience judiciaire survenue mercredi dernier avait provoqué une très vive colère de Me Ralph Blindauer, l’avocat du Conseil social et économique, c’est à dire l’instance représentative des salariés d’Orchestra. Il n’hésitait pas à parler de « mascarade », ou encore de « scandale judiciaire » à propos de diverses pratiques procédurales mises en œuvre dans la conduite de ce dossier, qui signifiaient selon lui un parti pris du Tribunal en défense des intérêts personnels de Pierre Mestre. Et l’avocat rendait publique sa requête – une procédure rarissime – auprès du Procureur général prés la Cour d’Appel, pour que celui-ci suspende le jugement en cours.

Dans son délibéré rendu ce jeudi, le Tribunal de Commerce a finalement estimé qu’aucune des deux offres de reprise en présence ne paraissait suffisante en l’état. Il a demandé que des améliorations y soient apportées, en vue d’une nouvelle audience le 16 juin prochain. La seconde offre, qui a la préférence des salariés, provient du groupe saoudien Al-Othaïm, déjà partiellement engagé dans Orchestra. Lequel présente, selon les syndicats, des garanties financières bien meilleures.

En tout état de cause, les deux plans de reprise devant chacun être amélioré, la solution finalement retenue ne pourra qu’être meilleure que celle présentée jusque là par Pierre Mestre. Me Ralph Blindauer disait donc sa satisfaction, tandis que les salariés paraissaient décidés à suspendre leur mouvement de grève. 


Article publié le 05 Juin 2020 sur Lepoing.net