Les opposants au projet immobilier sur la Friche de Mimi reprennent du poil de la bĂȘte. Ils rappellent sĂšchement au nouveau maire de Montpellier ses promesses Ă©lectorales.

Un petit box de stationnement a son portail ouvert ce mercredi 23 septembre, donnant sur le trottoir de la rue Adam de Craponne. Un Ă©cran y a Ă©tĂ© installĂ©. Il diffuse en boucle une vidĂ©o. Une cruelle et redoutable vidĂ©o. On y voit MichaĂ«l Delafosse, nouveau maire socialo-vert de Montpellier. Plein cadre, pleine face, avec son ton inimitable de professeur appliquĂ©, il explique doctement : « Il y a des lieux qu’il faut savoir protĂ©ger, et c’est ici nĂ©cessaire. Il faut prĂ©server ce lieu de culture, lieu d’hospitalitĂ©. Il faut racheter ce lieu, ajourner le permis de construire
 »

Mais ce soir, quatre-vingt MontpelliĂ©rain·es, dont bon nombre de riverains, ont pris place sur le bord de la rue en face. Chacun·e muni·e de sa feuille A4, ielles composent un grand slogan : « Non Ă  la bĂ©tonisation – Oui Ă  un ĂźlĂŽt de fraĂźcheur ». Ielles ont donc l’air tout Ă  fait d’accord avec MichaĂ«l Delafosse. Sauf. Sauf qu’on ne parle pas des mĂȘmes temps. Ni des mĂȘmes mondes. La fameuse vidĂ©o remonte au 6 dĂ©cembre 2018. Le politicien amorçait alord sa campagne en vue des municipales. Il venait cornaquer la premiĂšre mobilisation de rue des opposants au projet immobilier sur l’ülot Vergne. C’était voici un an et demi. Entre-temps il est devenu maire. Et il laisse se faire le projet qu’il contestait alors.

Au coeur de la chaĂźne humaine, Audrey est une membre active du nouveau collectif Erma Selva. Elle s’exclame : « Mais qu’il vienne ici, discuter avec nous. Qu’il dise publiquement pourquoi il a changĂ© d’avis. On en a marre des paroles en l’air. Ca n’est plus supportable ». L’enjeu de l’ülĂŽt Vergne est celui de la bĂ©tonisation dans un quartier Figuerolles qui manque de tout, Ă  commencer d’espaces verts, de jardins partagĂ©s, d’espace pour les enfants, alors que sa misĂšre sociale et urbaine l’ont fait ranger dans la catĂ©gorie prioritaire des « politiques de la ville ».

Ancienne menuiserie industrielle, cet Ăźlot devint, pendant vingt ans, une friche artistique – site notamment du ThĂ©Ăątre de la Vista, tournĂ© vers le jeune public et les Ă©critures occitanes et mĂ©diterranĂ©ennes. On savait que cela ne durerait pas, et le conseiller municipal Delafosse votait alors les lancements d’études sur la pĂ©rennisation nĂ©cessaire de la vocation culturelle du lieu. Cela est Ă  prĂ©sent oubliĂ© : le groupe Marignan, qui compte dans les dix premiers de l’investissement immobilier en France, va dresser lĂ  un de ces immeubles Ă  location spĂ©culative, qui partout pourrissent le tissu urbain montpelliĂ©rain.

De cinq Ă  six Ă©tages, dix-huit mĂštres de hauteur, quatre-vingt cinq pour cent d’impermĂ©abilisation de sols aujourd’hui encore largement jardiniers, cent-trente et un appartements, cent-cinquante places de parking en sous-sol. Pendant sa campagne, le candidat socialiste avait eu le culot de prĂ©senter un magnifique projet de requalification urbaine de la voie rapide, qui saigne la ville en deux, vouĂ©e Ă  ĂȘtre enfouie. Sur un demi-hectare, l’ülot Vergne en est riverain. D’ici trĂšs peu de temps, vont suivre les cinq hectares de l’emprise de la MutualitĂ© sociale agricole. De quelle cohĂ©rence de projet nous parle-t-on ?

Maryse Faye, adjointe Ă  l’urbanisme en mairie de Montpellier, a reçu les opposants, voici quarante-huit heures. Elle a arguĂ© d’amĂ©liorations cosmĂ©tiques qui seraient nĂ©gociable avec le promoteur : une crĂšche et quatre-vingt mĂštres carrĂ©s (la taille d’un appartement) de tiers-lieu plus ou moins associatif ou culturel (de ces deux choses, on en parlait dĂ©jĂ  voici un an et demi) ; voire un rabaissement de hauteur sur un niveau. L’argument d’opportunitĂ© : le recours contre le permis de construire ayant Ă©chouĂ© devant le Tribunal administratif en juillet dernier, la mairie ne pourrait plus rien faire.

« C’est de l’intox », s’insurge Kedija, opposante historique Ă  ce projet, au sein du premier collectif « Figuerolles en friche ». « Nous sommes en train de dĂ©poser un recours devant le Conseil d’État » indique-t-elle, tout en confiant que l’exercice n’a rien de facile – dĂ©jĂ  par ses incidences financiĂšres. Enfin bref : « Tout est question de volontĂ© politique ». Faut-il rappeler que la Ville de Montpellier, toute Ă  ses objectifs de gentrification du quartier, a prĂ©emptĂ© plus de cent immeubles dans le quartier.

Il faut dire que le succĂšs de la chaĂźne humaine de ce mercredi a constituĂ© une super surprise. Le combat de l’ülot Vergne semblait avoir du plomb dans l’aile. Or la mobilisation repart de plus belle, gagnĂ©e notamment par des activistes du climat. En revanche, il sera trĂšs intĂ©ressant d’observer le positionnement des verts officiels, alliĂ©s dans la majoritĂ© municipale, brillant par leur absence ce mercredi, quand on sait que certain de leurs Ă©lus, de surcroĂźt vouĂ© Ă  la chose thĂ©Ăątrale et occitane, rĂ©side Ă  un jet de caillou


Puisque MichaĂ«l Delafosse vit dans le fantasme d’une rĂ©incarnation de Georges FrĂȘche, on lui rappellera comment, Ă  huit cents mĂštres de l’ülot Vergne, les riverains de l’avenue ClĂ©menceau imposĂšrent naguĂšre un jardin public en lieu et place d’un projet immobilier que cet autocrate soutenait coĂ»te que coĂ»te. Finalement, il dut mettre genou Ă  terre devant la dĂ©termination citoyenne. Les Verts incarnaient alors un genre d’horizon Ă©mancipateur. Maintenant ralliĂ©s, ils gouvernent, mais c’est finalement beaucoup plus compliquĂ©. VoilĂ  que Delafosse se dĂ©couvre avec une sacrĂ©e Ă©pine dans le pied.


Des squats Ă  Montpellier https://radar.squat.net/fr/groups/city/montpellier/country/FR/squated/squat
Des squats expulsés à Montpellier: https://radar.squat.net/fr/groups/city/montpellier/field_active/1/squated/evicted
Des groupes Ă  Montpellier https://radar.squat.net/fr/groups/city/montpellier/country/FR
Des événements à Montpellier https://radar.squat.net/fr/events/city/Montpellier


Le Poing, le 24 septembre 2020, https://lepoing.net/la-friche-de-figuerolles-grosse-epine-dans-le-pied-du-politicien-delafosse/


Article publié le 27 Sep 2020 sur Fr.squat.net