Farid, incarcéré à Villeneuve-lès-Maguelone depuis fin mars pour avoir cassé des vitrines de banques lors des manifestations montpelliéraines des gilets jaunes, a finalement été condamné en appel à trente mois de prison ferme, alors qu’il avait été condamné en première instance à trois ans ferme. Il a donc gagné six mois de liberté. Plusieurs policiers se sont déplacés au palais de justice pour entendre le délibéré, rendu le cinq septembre dernier. Le soir même, des tags ont fleuri dans le quartier des Beaux-arts de Montpellier pour réclamer « liberté pour Farid » et dénoncer « une vie brisée pour trois vitrines ». Un distributeur automatique de billets a également été cassé. Un hommage certain à Farid, qui avait revendiqué lors de son procès s’en être pris aux banques « pour lutter contre le capitalisme ».


Article publié le 09 Sep 2019 sur Lepoing.net