Janvier 13, 2021
Par Le Poing
264 visites


Une marche blanche avait lieu récemment en l’honneur de Lorenzo, victime d’une grave agression. Ce fut l’occasion pour le Poing d’interroger les personnes présentes à propos de la loi sécurité globale. Tout un débat en découle.

Samedi dernier se tenait à Montpellier une marche blanche. Trois cents personnes étaient réunies en l’honneur de Lorenzo, 20 ans, tétraplégique depuis son agression en juillet 2020. Dans ce contexte traumatisant, Le Poing a jugé précieux de sonder les états d’esprit à propos de la sécurité. Et de fait, lorsque nous leur avons posé la question, la majorité des personnes interrogées avouaient leur soutien à la loi sécurité globale actuellement défendue par le gouvernement.

Les discours sur l’insécurité grandissante, ressassés en boucle par les autorités à l’échelle nationale comme locale et repris par les médias traditionnels semblent bien porter leurs fruits. Cette marche blanche rassemblait avant tout des proches de Lorenzo. L’ambiance était propice à l’émotion vive et spontanée.

Cependant, force est de constater que la stratégie de martèlement du gouvernement résonne chez une partie non négligeable de nos concitoyens. Pour autant, si le discours « du tout sécuritaire » peut sembler réconfortant aux premiers abords, ses accents liberticides apparaissent davantage mortifères que salvateurs. On comprend difficilement comment le droit pour des policiers en civil de porter leur arme ou le contrôle par drones des rassemblements contestataires auraient pu prévenir l’agression de Lorenzo. Limiter les libertés des citoyens et donc limiter la démocratie n’est pas une réponse efficace aux attentes de la population.

Un constat à l’opposé pour Nadia

Aussi, un témoignage en particulier aura retenu notre attention lors de cette marche blanche. Celui de Nadia, la mère d’Ahmed, assassiné le 25 février à Saint Paul, « au Leader Price » de la Mosson. Vêtue d’un t-shirt blanc avec le nom de son fils en grande majuscule noires, nous l’avons questionnée sur la raison de sa présence ici et son avis concernant le projet de loi de sécurité globale.

Cette femme, venue soutenir la mère de Lorenzo, pour elle aussi « dire stop à la violence. Pour tous ses enfants qui ont perdu la vie, Helies, Redwane, Ahmed, le jeune Amine, il y a peu encore ». Cependant, si Nadia prêche l’arrêt de la violence et demande une intervention accru de l’état dans certains quartiers, qu’elle juge délaissés, cette dernière met également en garde contre une autre forme d’insécurité, moins facilement admise par les autorités. Elle affirme que son fils, lors de son vivant « avait été victime de violence policières » et qu’elle « avait été témoin de la scène ».

C’est pourquoi elle juge utile qu’un policier en exercice porte une caméra qui ne puisse être éteinte, de manière à rendre compte de ses interventions. Mais elle ne ferait pas confiance à un renforcement des modalités d’intervention policière, ni à un contrôle encore plus systématique de la population. « Il y a des très bons policiers, qui font très bien leur travail, estime-t-elle. Il ne faut cependant pas se voiler la face, des abus existent. Le mouvement des gilets jaunes a prouvé cela. Des personnes qui manifestaient pacifiquement et revendiquaient leurs droits ont été violentées.  ».

Stratégies sécuritaires, le voile opaque qui étouffe de véritables problèmes de société

Admettons, l’avènement des attentats en France, la contrainte sociale qui s’abat toujours plus sur les plus pauvres, les violences policières dévoilées au grand jour avec le mouvement des gilets jaunes (mais que nos camarades des cités connaissaient déjà, on pourrait aussi parler des mutilés zadistes) participent à la construction d’une société en désarroi, et qui se laisse aisément glisser dans des écueils sécuritaires.

Pour autant, la loi de sécurité globale est elle véritablement gage d’une stabilité retrouvée ?

Le Poing s’était déjà exprimé sur les risques et les flous du projet de loi. En effet, l’élargissement des capacités de la police municipale et de la sécurité privée, ainsi que la banalisation des techniques de vidéosurveillance – avec notamment l’utilisation des drones lors de manifestation – mettent à mal les droits fondamentaux de tous. Avec l’application de ces méthodes orwelliennes, on peut craindre en outre la normalisation du fichage des militant·es, qui donneraient suite à des  interpellations ou gardes à vues préventives. Toutes ces mesures entretiennent l’idée délétère qu’un choix doit être fait entre sécurité et liberté.

« Floutage de gueules »

Quid de l’article 24 ? Recyclé dans le projet de loi contre les séparatismes, lui même renommé « projet de loi renforçant la laïcité et les principes républicains », il interdit la diffusion des images de policiers ou militaires « dans l’intention de nuire » . Depuis, il ne cesse de mobiliser à son encontre associations, syndicats, journalistes, ONG et citoyens concernés qui craignent avec l’aboutissement du projet, une atteinte à la liberté de manifester et la soustraction des forces de l’ordre au contrôle public.

De surcroît, cette mesure organise une impunité des policiers violents, et embrasse la notion que dénoncer des abus de pouvoirs équivaut à une tentative délibérée de porter atteinte au corps policier. L’article 24 est en réalité une manière de couvrir ces actes, toujours dans le continuum de l’omerta qui plane sur la profession.

Il faut savoir qu’en France, contrairement à certains de nos voisins européens, comme le Royaume-Uni, les enquêtes qui délibèrent sur l’infirmation ou non des actes de violences policières sont laissées à l’appréciation de la « Police des polices », l’IGPN. Un organisme qui dépend du ministère de l’intérieur, dont on reproche la mansuétude à l’égard de ses collègues et le manque de transparence quant aux enquêtes menées. N’est-ce pas là une manœuvre pour pénaliser et prévenir l’existence même des preuves compromettantes ?

Mais dans un contexte comme la marche blanche pour Lorenzo, on constate que le seul mot de sécurité est perçu, automatiquement, comme une clé à tous les problèmes. On ne saurait mettre en doute la profonde douleur et la légitime colère des victimes, et de leur entourage. Mais aspirer à toujours plus de restriction des libertés, toujours moins de contrôle sur la police, constitue un raccourci bien illusoire. Et dangereux. Pour tous.




Source: Lepoing.net