Poste Rondelet de Montpellier (capture d’écran Google Maps)

Depuis mardi 21 juillet, une cadre de la poste de Rondelet, à Montpellier, est en arrêt maladie pour cause de contamination au COVID-19. L’ayant appris vendredi matin (le 24), les postiers de Rondelet ont arrêté le travail pour protester contre cette rétention d’information et pour demander des tests pour tous les employés. Bref retour sur cette journée de mobilisation à l’aube d’une potentielle deuxième vague de Coronavirus.

Rétention d’informations et mise en danger du personnel

Contacté par la rédaction, un postier de Rondelet nous décrit le déroulé des faits du vendredi 24 juillet :

« En gros on est arrivés vendredi matin au travail, on nous a dit qu’une cadre de la poste avait le COVID depuis mardi, on l’a su par un syndiqué de SUD qui l’a appris la veille par le Comité d’Hygiène Santé Sécurité au travail (CHSCT). Les gens qui commençaient le travail à 5h (moi je commence à 7h) ont demandé à sortir pour faire une assemblée générale dehors et demander des explications à la direction, les cadres ont mis des coups de pression en disant « ceux qui sortent je noterai leur nom ». A 9h on est tous sorti et on a arrêté de travailler. Moi je suis allé chez mon médecin pour demander un test COVID. »

Les employés de la poste dénoncent une rétention d’informations qui les met tous en danger, -ainsi que leurs proches et les usagers- puisqu’ils ont été en contact avec la personne malade avant son arrêt maladie.

« Ils [les représentant de la direction -partie en vacances- ndlr] nous ont dit « On comptait vous le dire cet après midi » en prétextant que les contaminations et l’incubation c’était trois jours, mais personne n’y a trop cru. Des cadres étaient au courant, certains se sont mis en quatorzaine, mais pas nous. » continue notre interlocuteur.

Face à ce cas de COVID déclaré tardivement par la direction, les postiers réclament aujourd’hui « Des tests systématiques pour tout le monde, fournis par l’entreprise ».

«  La poste ne prend pas au sérieux cette crise sanitaire. »

“La Poste néglige les risques au profit des impératifs de production qui prennent le pas sur toute autre considération, enragent des représentants de la CGT dans les colonnes de France 3 Régions. Sur France Bleu, un délégué syndical explique que “Depuis le 24 juin, on a obligation de porter le masque dans le bâtiment et c’est très peu respecté, notamment par les cadres ». Un sentiment de colère qui donne l’impression aux syndiqués « que la poste ne prend pas au sérieux cette crise sanitaire. »

Pour rappel, le personnel du bureau de poste de Rondelet s’était déjà mobilisé au début du confinement pour imposer des mesures de protection à leur employeur. Une trentaine de postiers avaient alors fait valoir leur droit de retrait.

A l’heure ou une potentielle vague de Coronavirus semble se profiler, la direction de la poste va-t-elle prendre ses responsabilités pour assurer la protection de ses salariés ?
Affaire à suivre….


Article publié le 02 Août 2020 sur Lepoing.net