Février 28, 2021
Par Le Poing
184 visites


Sur Montpellier comme dans tout le pays, des associations de défense des droits des animaux non-humains se lancent dans une campagne pour obliger Subway à signer une charte sur les conditions d’élevage et d’abattage des poulets proposés par la chaîne de fast-food.

Vendredi 26 février, on a pu voir dans la journée un camion déambuler dans les rues du centre-ville de Montpellier, diffusant des images des conditions de vie, et de mise à mort, des poulets élevés en batterie, dans les entreprises de l’agro-alimentaire avec lesquelles travaille la chaîne de fast-food Subway. L’entrée de deux des restaurants de la chaîne, celui de Port Marianne et celui de la rue de Verdun, a également été investie par des militants brandissant des images chocs, vendredi et samedi respectivement.

L’action s’inscrit dans une vaste campagne nationale, puisqu’une trentaine d’établissements ont été visés dans toutes la France. L’objectif des associations pour les droits des animaux : améliorer les conditions d’élevage et d’abattage des animaux dans certains pans de l’industrie alimentaire. En faisant pression sur les acteurs de la restauration pour qu’ils sélectionnent leurs produits sur la base d’un minimum de critères éthiques.

Pas de longs développement sur le  degré de conscience des animaux non-humains, et sur la nécessité de ne pas hiérarchiser les espèces animales. Ce coup-ci les animalistes demandent simplement à ce que soit ratifiée par Subway l’ «European Chicken Commitment », une charte éthique élaborée en coopération avec de nombreuses associations pour les droits des animaux sur tout le continent.

« Actuellement, les poulets en batterie sont entassés à 22 individus par mètre carré, la charte demande une jauge maximale de 15. », détaille Cyril, militant d’Alliance Ethique Montpellier. «On voudrait aussi la fin de la sélection génétique en vertu des critères de productivité, qui donne des poulets qui grossissent en 35 jours seulement, avec tous les problèmes osseux, respiratoires, cardiaques, et donc toutes les souffrances que cela inclus. » 

Autres revendications : un accès à la lumière naturelle, un enrichissement du milieux de vie des poulets, avec des perchoirs sur les lieux d’élevage, et l’abandon de l’accrochage des bêtes encore vivantes par les pâtes dans les abattoirs.

Si Subway n’a toujours pas donné de retours à ces revendications, Cyril reste optimiste quant à la possibilité d’obtenir des avancées : « Des normes équivalentes ont déjà été adoptée aux USA et au Canada, et en France certaines entreprises comme les boulangeries Paul et La Mie Câline ont aussi signé des chartes éthiques sur l’origine de leurs produits après des mobilisations. »

D’après un sondage réalisé par l’association 30 millions d’amis en janvier 2020, 81% des français seraient favorables à l’interdiction totale de l’élevage en batterie. Lequel pose aussi question sur la qualité des produits , et leur impact sur la santé humaine.

Let’s block ads! (Why?)




Source: Lepoing.net