Novembre 23, 2020
Par Sans Nom
290 visites


Montbéliard : les violences urbaines reprennent dans le quartier de la Petite-Hollande
Est Républicain, 22 novembre 2020 (extrait)

Ce dimanche à la nuit tombée, le quartier de la Petite-Hollande a replongé dans les exactions. Un engin de chantier a été dérobé et utilisé pour détruire les nouvelles caméras de surveillance installées dans la semaine. Le « dumper » en question a ensuite été incendié.

Après quelques semaines de relative accalmie, le quartier de la Petite-Hollande, à Montbéliard, a de nouveau basculé dans l’anarchie la plus totale ce dimanche, à la nuit tombée. Un engin se trouvant sur le chantier des Hexagones a été dérobé puis utilisé pour une expédition destruction. Dans le collimateur des auteurs, les nouvelles caméras de surveillance installées dans la semaine, sur des plots en béton. Le « dumper » en question a servi pour coucher les mats mais aussi, chemin faisant, quelques lampadaires (rue du Petit-Chenois) et panneaux de circulation.

Une fois le forfait accompli, le conducteur de l’engin l’a stoppé devant l’entrée de la piscine de plein air, rue Ravel, non sans avoir dézingué quelques candélabres alentour. Il ne restait alors plus qu’à incendier le Dumper, histoire d’effacer d’éventuels indices. Un badaud, présent sur place, s’étonnait de ne pas voir la moindre voiture de police, ni le moindre camion de pompiers tandis que l’engin se consumait. « S’il n’y a pas de danger immédiat et encore moins d’intégrité physique en jeu, il n’y a pas raison de s’exposer à un caillassage. Il faut être dans un rapport de force inversé, en faveur de la police », éclaire le commissaire Michel Klein, directeur départemental de la sécurité publique. En clair, il fallait attendre des renforts, en provenance de Besançon notamment.




Source: Sansnom.noblogs.org