Mai 29, 2021
Par Squat.net
195 visites


Mogale City (Afrique du Sud): des terres ou des émeutes !

Des habitant·e·s du quartier de Rietvallei, à Mogale City, sont descendu·e·s dans les rues le matin du lundi 24 mai 2021 pour protester contre l’attribution de terres pour construire des maisons qui ne sont jamais pour eux et elles alors qu’iels manquent de logements [1] et sont parfois en attente de logements sociaux depuis une vingtaine d’années ! Iels en ont marre d’être ignoré·e·s par le gouvernement, qui prétend pourtant aider les pauvres…

En cortège dans les rues puis en mode émeutes, les manifestant·e·s ont crié « No land, no vote » [2].

Des affrontements ont eu lieu entre des manifestant·e·s et la police sud-africaine. Au moins six personnes ont été arrêtées pour « violence publique ».

Dans la vidéo de Eyewitness News ci-dessous, une manifestante anonyme déclare: « Si les conseillers municipaux de Rietvallei et les politiciens de Mogale City ne sont pas intéressés par nos revendications, alors pourquoi on voterait ? On vote pour quoi exactement ? On dit ‘une vie meilleure pour tous’, mais pour qui au juste ? »

Une autre manifestante a déclaré, dans la même vidéo: « Ils devraient nous laisser du temps. Ils disent qu’ils ne veulent pas de bidonvilles ici. Ils n’ont qu’à nous laisser un an ou deux, et on construira des maisons correctes. L’argent qu’on dépense pour payer les loyers pourrait servir à construire ces maisons dont nous avons besoin. Ce ne serait pas dérangeant qu’en attendant ils nous laissent des toilettes mobiles, tant que l’on peut commencer à vivre sur ces terres. »

Mais en face, les responsables politiques n’en ont rien à foutre et n’ont fait que leur envoyer des flics armés de lacrymos et de flashballs pour les dégager…

Le lendemain, la police était encore présente en grand nombre dans le quartier, empêchant l’occupation des terres convoitées.

Notes de Squat!net:
[1] Certain·e·s sont tout simplement sans domicile, d’autres vivent entassé·e·s dans des logements trop petits avec des loyers trop chers.
[2] « Pas de terres, pas de votes ».

[Sources: Eyewitness News 1 & 2 | News24.]




Source: Fr.squat.net