Janvier 18, 2021
Par Zone À Défendre
139 visites


En ce 17 janvier 3e anniversaire de la victoire contre le projet d’aéroport, nous avons levé avec près de 500 personnes la charpente de l’”école des tritons”. Ce nouvel espace commun de la zad s’élève dorénavant au lieu-dit les Planchettes, site d’une ancienne bâtisse réduite en miette par les tractopelles de César en 2012, puis de cabanes qui avaient connnu le même sort en 2018. Les planchettes avaient été un des premiers espaces d’organisation et de réunion du mouvement d’occupation après l’appel des habitant.es qui résistent. C’est sur ce terrain chargé d’histoires que va continuer à se construire cette “école du dehors”, lieu dédié à l’union libre entre cultures de lutte et culture du vivant.

Cela faisait un mois qu’une équipe déterminée de charpentier.es taillait les fermes sur du bois sorti de la forêt de Rohanne et préparait leur ascension depuis le hangar de l’avenir. Dans le même temps des soutiens de collectifs et associations divers ainsi que des camarades solidaires sont venus renforcer ses fondations (voir liste complète ici :
https://zad.nadir.org/spip.php?article6805. Après le lever de charpente à la gaieté l’an dernier et des mobilisations sur la question de l’habitat et du PLUI, le principe de reconstruction sur les fermes historiques a été établi, nous en avons poursuivi la concrétisation aujourd’hui. L’ « école des tritons » est un des rejetons des ébullitions de cette année et une étape de plus dans les engagements de reconstruction que le mouvement s’est donné pour l’avenir de la zad. Elle est pensée comme un lieu de formation qui vise à nourrir les relations interespèces sur zone et à alimenter des mobilisations et actions contre l’intoxication du monde. Pour plus de détail ou pour contribuer à la construction par le biais de la campagne de financement participatif voir : https://www.helloasso.com/associations/association-la-solid-r/collectes/des-fonds-pour-la-construction-d-une-ecole-des-tritons )

Le lever de charpente a été accompagné cette fois encore d’une célébration vibrante de luttes victorieuses de l’année après de longs combats – à Roybon contre le projet de Center Parc, entre Lyon et Saint-étienne contre l’A45. Sous une banderole “Foncièrement révolté.es”, un message de soutien a été envoyé à nos camarades du Triangle de Gonesse, elles-mêmes réunies ce dimanche sur ces terres agricoles de la périphérie parisienne de nouveaux menacées. D’autres résistant.es venues du carnet ou de la lutte contre l’implantation d’Amazon à Montbert ont appelé à se mobiliser dans les mois à venir pour l’emporter sur ces terrains là aussi. Des montagnes de succulents sandwichs, viennoiseries maisons et pâtisseries à emporter avaient été concoctées depuis 72h par une équipe de cuisinier.es aux mains de fées. A 14h, un rituel de protection s’est déployé autour de la charpente, avec des dessins au fusains sur les poutres et un détournement karaoke de “I’m an anarchist” repris en choeur par une foule hurlant “I’m an animist”. L’après-midi ensoleillé est ensuite parti d’un côté en ballade théâtrale naturalisto-burlesque et de l’autre en fanfare avant d’être couronnée par un récital de chant lyrique.

Ce 17 janvier 2021, cela faisait trois ans que le territoire de la zad de Notre Dame des Landes était définitivement épargné du bitume qui devait le recouvrir si nous ne nous étions pas acharné ensemble année après année. Il y a trois ans, nous nous étions promis de relever un nouveau défi, malgré la vengeance d’État : que ce territoire soit toujours densément habité, nourri de tout un tas de ferveurs collectives et de possibilités d’interventions offensives. En cette année d’anesthésie virale, nous avons été heureux.ses de constater aujourd’hui que le maillage singulier du bocage et les complicités nouées avec le temps nous permettaient de continuer à nous organiser collectivement dans et hors de la zad avec un certain nombre d’entre vous. Merci à la communauté de lutte ! Nous nous retrouverons bientôt de nouveau dans les champs de la région et les rues des villes alentours !

Plus de récit sur cette journée et des nouvelles de l’école des tritons après sa journée de naissance dans les jours prochains .

“En 2020 à notre dame on refait les planchettes,

face au désert les déserteurs, seront les écoliers

les gens de la police n’y sont pas invités

Et les tritons flingueurs les feront reculer

Une charpente comme d’habitude

Une serre habitée

On y mangera tout nu le fruit des papayers”




Source: Zad.nadir.org