Juillet 1, 2019
Par La Rotative (Tours)
230 visites


Depuis des mois des luttes sont engagées aussi par les usagers contre des fermetures de maternités, des suppressions de lignes de SMUR, de services d’urgences, de lits, de personnels. En face, un gouvernement fermé à tout dialogue, qui octroie une aumône pour les services d’urgence, car il s’agit bien de cela : 70 millions d’euros, cela représente à peine un poste équivalent temps plein sur un an par établissement, sans compter les EHPAD.

Les revendications du collectif inter-urgences, des organisations syndicales, du printemps de la Psychiatrie sont plus que légitimes. Le projet de loi Santé, en débat au Sénat avant de repasser en deuxième lecture au Parlement, loin d’y répondre, va remettre en cause l’accès aux soins de proximité, n’apportera aucune réponse aux problèmes de démographie médicale et fera la part belle au secteur privé.

Comité d’usagers, membre de la Coordination Nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, nous dénonçons cette politique de casse des services publics qui, dans le domaine de la santé, aboutit à une catastrophe sanitaire et militons pour un service public de la Santé, financé à 100% par la Sécurité Sociale.

Sur la revendication de l’insuffisance des lits d’aval posée par le personnel des urgences, quelle est la réponse ? A Tours, durant la période estivale, des dizaines de lits vont être fermés :

  • 12 à l’Ermitage,
  • 2 en réanimation néo-natale jusqu’au 25 septembre,
  • l’unité saisonnière de Clocheville ne devait fermer qu’à la fin du mois, elle l’est depuis la mi-juin.

De plus, ponctuellement, des lits ferment pour pallier au sous effectif plus sévère, comme :

  • deux lits de réa-néonatale supplémentaires le weekend des 22 et 23 juin et trois lits de soins intensifs néonataux ;
  • des lits d’orthopédie, le weekend des 14 et 15 juin ;
  • des lits de réanimation de cardiaque et cardiovasculaires, ici pour compenser l’absence d’un médecin.

Les conséquences : encore plus de difficultés pour trouver des lits à la sortie des urgences, se retrouver dans des services non adaptés, comme après le regroupement des services d’ORL ophtalmo et neuro où un malade venant pour un problème ORL s’est retrouvé sur un lit de gynéco. Pouvait-il se sentir rassuré qu’il aurait des soins adaptés ?

Les journées caniculaires vont sans doute se poursuivre cet été, l’hôpital doit avoir les moyens d’y faire face avec les moyens en personnel et en lits suffisants. Nous appelons les citoyen-ne-s à être aux côtés des personnels dans le cadre des actions qui seront menées le 2 juillet prochain. Rassemblement à 15h, place Jean Jaurès à Tours. Rassemblement pique-nique de 12h à 15h sur le site de l’hôpital du Chinonais




Source: Larotative.info