Les deux premières années du gouvernement sont un échec complet sur la transition écologique. Le départ de Nicolas Hulot, reconnaissant lui-même l’inaction de l’Etat au regard des enjeux, puis la nomination de François de Rugy dont on connait le maigre bilan et sa fin précipitée, avaient déjà plus que fissuré le semblant d’intérêt pour l’écologie du gouvernement.

La rétrogradation du Ministère de l’Ecologie dans la hiérarchie gouvernementale ne fait que mettre au clair la réalité la plus crue : la transition écologique n’a jamais été au coeur des préoccupations de ce gouvernement. Personne de la majorité gouvernementale ne semble actuellement prêt à porter cet enjeu à la hauteur du défi.

Comment en effet afficher défendre la transition écologique quand en parallèle les accords de libre-échange (Mercosur*, CETA, Vietnam, Japon…) sont soutenus par le président Emmanuel Macron, en pleine contradiction avec l’urgence climatique et la nécessité de relocalisation de nos systèmes alimentaires ?

Est-ce qu’on peut encore décemment attendre quelque chose de ce gouvernement sur les questions écologiques cruciales d’aujourd’hui : changement climatique, gestion de l’eau et répartition équitable de ses usages, sortie des pesticides de synthèse, défense du pastoralisme, chute de la biodiversité, déclin des pollinisateurs…?

[…]

>> Ministère de l’Écologie : la façade écologique du gouvernement Macron s’écroule définitivement

Article publié le 18 juillet 2019


Article publié le 18 Juil 2019 sur Solidaires.org