On apprend donc que la journaliste activiste féministe et ancienne présentatrice télévisée Mina Mangal est morte en Afghanistan. 2 hommes sur une moto, des flingues et une femme criblée de balles bout portant, la tête visée en premier. Dans les rues de Kaboul. Alors qu’elle allait entrer dans une voiture pour se rendre au parlement.

On pouvait ne pas être d’accord avec Mangal qui croyait à la possibilité de changements via les institutions. Mais nous ne pouvions qu’être admiratifs de son courage et de sa détermination à mettre l’égalité entre les genres en place dans son pays, à redonner aux femmes le droit de disposer de leurs corps, de militer pour l’éducation des jeunes filles et contre le travail des enfants.

Elle était une voix face à l’oppression et au patriarcat dans une région difficile. Elle n’avait pas peur et s’en remettait à dieu, comme elle le disait encore récemment sur Facebook, quant elle se savait menacée de mort.

Ils l’ont tué. Fait taire. Au nom du patriarcat le plus crasse.

Plus que jamais, nous ne lâcherons pas la lutte pour une égalité totale entre tous les habitants de ce monde, universellement en droit d’être libres.

Salut Mina Mangal.


Article publié le 13 Mai 2019 sur Monde-libertaire.fr