FĂ©vrier 1, 2021
Par Attaque
384 visites


Il Rovescio / lundi 1er février 2021

Le 27 janvier, la DIGOS de Milan a dĂ©rangĂ© le calme ordinaire d’une poignĂ©e de compagnons, en frappant avec insistance Ă  leurs portes. Dans le quartier Corvetto, les flics se sont faufilĂ©s dans trois appartements avec l’excuse de la recherche d’explosifs et d’armes, selon l’art. 41 Tulps*. Dans le quartier Ticinese, ils ont dĂ©rangĂ© quelques appartements de compagnons (et pas que), Ă  la recherche d’un compagnon, qu’ils n’ont toujours pas trouvĂ©.

Les perquisitions ont durĂ© environs une heure et, mis Ă  part une, elles ne leur ont pas permis de trouver quoi que ce soit d’intĂ©ressant. Les flics ont en effet emportĂ© des habits que, selon eux, seraient utiles pour l’enquĂȘte sur la dĂ©gradation d’un bureau de poste dans le secteur Ortica.

* Note d’Attaque : « Testo unico delle leggi di pubblica sicurezza Â», la loi qui rĂšglement l’activitĂ© des forces de police dans leur contrĂŽle des citoyen.ne.s. L’art. 41 prĂ©voit que les flics puissent effectuer une perquisition sans mandat s’ils ont « des indices Â» leur faisant suspecter que dans les lieux il y a des armes ou de l’explosif.




Source: Attaque.noblogs.org