Janvier 5, 2022
Par Partage Noir
146 visites


Dans le train-train des Ă©vĂ©nements, des hommes surgissent, des notoriĂ©tĂ©s s’éveillent, dont quelques-unes s’évanouissent tĂŽt, dont les autres s’affirment de plus en plus. Hier, inconnues ou ignorĂ©es, des figures apparaissent sur l’écran de l’actualitĂ©. C’est notre rĂŽle, ici, de saisir ces physionomies et de les fixer hĂątivement.

Notre ami Miguel Almereyda est une de ces physionomies que les derniers Ă©vĂ©nements ont mise soudainement en relief ; un de ces hommes surgis tout Ă  coup et qui, avec le temps, sauront se placer au premier plan.

Il nous est aisĂ© et il nous est agrĂ©able de biographier, dans ce journal, ce jeune militant dont le passĂ©, dĂ©jĂ , est surchargĂ© d’incidents, dont la carriĂšre de propagandiste est dĂ©jĂ  longue et remplie.

Depuis une douzaine d’annĂ©es que nous bataillons Ă  ses cĂŽtĂ©s, que nous le suivons, pour ainsi dire, pas Ă  pas, dans les mĂȘmes luttes, parmi les mĂȘmes heurts, nous avons pu apprendre Ă  le connaĂźtre, Ă  l’aimer ; nous avons pu observer son Ă©volution intellectuelle, comprendre ses espoirs, partager ses enthousiasmes.

Peut-ĂȘtre songera-t-on que cette situation de camarade et d’ami nous interdisait prĂ©cisĂ©ment de tenter une biographie fatalement exempte de critique et de rosserie peut-ĂȘtre Almereyda lui-mĂȘme ne nous saura-t-il que bien faiblement grĂ© de l’avoir ainsi happĂ© au passage pour l’offrir aux lecteurs. Mais les besoins de l’actualitĂ© sont lĂ , pressants et inexorables et, au surplus, nous prenons trĂšs allĂšgrement nos responsabilitĂ©s.




Source: Partage-noir.fr