Envie de manger un bout tout en soutenant des prisonnier-es ? Venez à la prochaine édition de la Cantine pour cantiner !

Cantine : n.f. 1 – Service chargé de la préparation des repas pour les ouvriers ou les employés d’un même établissement, les élèves d’une école, etc. ex : « Les dames de la cantine nous ont préparé de la purée avec amour. » 2 – Réfectoire où sont pris ces repas ; mets qui y sont servis. ex : « Ce midi, j’ai mangé à la cantine avec mes collègues. » SYN : cantoche, popotte, réfectoire. 3 – Suisse. Vaste tente dressée en plein air pour une fête, une manifestation. ex : « Dis, on se retrouve à la cantine le 25 mars ? »

Cantiner : v.t. et v.i., Argot. Acheter (quelque chose) [provisions, tabac] à la cantine d’une prison. ex : « Ici, la bouffe est trop dégueu, j’ai encore dû cantiner une boîte de thon et un paquet de pâte pour 4 euros… »

Un repas préparé avec amour vous sera servi à prix libre, la thune collectée avec ce repas servira à envoyer des mandats aux prisonnier-es avec lesquel-les nous sommes en contact.

Cet argent pourra leur servir à cantiner. En taule, tout se paie : la télévision (8 – 10 euros par semaine), le savon, le papier hygiénique, se procurer un poste de radio, acheter des aliments en supplément des plateaux-repas généralement dégueu. Et quand on bosse, c’est pour 1,5 euros de l’heure.

Ça pourra aussi servir à payer les timbres et les enveloppes pour continuer à leur écrire des lettres.

Ou encore à soutenir les familles et les proches dans les frais de transports pour se rendre aux parloirs.

C’est un début ! Un moyen pour créer de la solidarité, aller au-delà de ces murs que l’on voudrait nous faire croire trop hauts, trop infranchissables.

Rendez-vous est lancé pour manger, se retrouver, papoter des taules à l’Oblik, quartier de la Doua !

pour avoir l’adresse, contacter cerise@riseup.net