Juin 27, 2016
Par Mille Babords
138 visites


Mexique, Oaxaca : dimanche 19 juin 2016. Quinze heures d’affrontements entre police et manifestants. 11 morts et des dizaines de blessés par balles.

Dans la matinée du dimanche 19 juin 2016, des éléments de la police fédérale mexicaine sont arrivés dans la localité de Nochixtlán, Oaxaca, en vue d’évacuer le blocage de l’autoroute mis en place depuis huit jours par des membres de la C.N.T.E., des étudiants, des pères et mères de famille. Avec une violence extrême, la police a attaqué les manifestants, d’abord avec des gaz lacrymogènes, des tirs de flashball, puis avec des armes à feu, AK47, durant plusieurs heures. Onze personnes ont perdu la vie dans ces affrontements, des dizaines d’autres ont été blessées par balles.

Dans l’état de Oaxaca, d’autres affrontements avec la police ont eu lieu à Huitzo, Juchitan dans l’Isthme de Tehuantepec et dans la ville de Oaxaca.

Depuis 2013, le président Mexicain Enrique Peña Nieto tente d’imposer sa « réforme éducative ». Cette réforme d’inspiration néo-libérale, vise à transformer l’éducation mexicaine en centre de formation garantissant une main d’oeuvre soumise au marché mondial du travail.

Depuis de nombreuses années, notamment dans l’état de Oaxaca, la section 22 de la Coordination Nationale des Travailleurs de l’Éducation – C.N.T.E. – mène la lutte contre cette réforme.

Début juin, l’arrestation de deux leaders syndicaux de la section 22 et la répression brutale des manifestations a eu pour effet de renforcer la résistance du mouvement. Les blocages d’autoroutes et de zones commerciales se sont alors multipliés. Cette situation nous ramène à la Commune de Oaxaca en 2006, mais nous rappelle également la terrible répression qui s’abattit sur le mouvement de résistance.

Une nouvelle fois nous dénonçons le mensonge d’Etat qui ne reconnaît pas que sa police a fait usage d’armes de guerre contre sa propre population.

Nous exigeons :

L’arrêt de la répression contre le mouvement de résistance à la réforme de l’éducation.

La réapparition de tous les cas de disparitions forcées.

La libération de tous les enseignants emprisonnés pour avoir défendu l’éducation publique et de tous les prisonniers politiques.

L’arrêt des ventes d’armes et de toute collaboration militaro-policière entre la France et le Mexique

Nous vous rappelons que nous sommes toujours dans l’attente de la présentation en vie des 43 étudiants de l’école normale rurale d’Ayotzinapa.


NI LES BALLES NI L’ABUS DE LA FORCE N’ARRÊTERONT LA RÉSISTANCE

OAXACA INSOUMIS – LA LUTTE CONTINUE

MARSEILLE – lundi 27 juin – 18H –

rassemblement devant le consulat du Mexique, 2 rue du beausset

PDF - 347 ko



Source: