Juin 29, 2016
Par Union Syndicale Solidaires
25 visites


Une enquête sans précédent menée par Amnesty International sur 100 femmes arrêtées au Mexique révèle que des membres des forces de sécurité leur font régulièrement subir des abus sexuels lorsqu’ils veulent obtenir des « aveux » et gonfler leurs chiffres afin de montrer qu’ils luttent contre le crime organisé, un problème endémique.

Les 100 femmes incarcérées dans des prisons fédérales ayant parlé à Amnesty International d’actes de torture et d’autres mauvais traitements ont déclaré avoir subi des formes de harcèlement sexuel ou d’abus psychologiques lors de leur arrestation et de leur interrogatoire par des policiers, au niveau municipal, de l’État et fédéral, ou par des membres de l’armée et de la marine. Soixante-douze ont dit avoir été agressées sexuellement pendant leur arrestation ou dans les heures qui ont suivi. Trente-trois affirment avoir été violées.

Soixante-six de ces femmes ont indiqué qu’elles avaient signalé les agressions à un juge ou à d’autres représentants des autorités, mais des enquêtes n’ont été ouvertes que dans 22 cas. À la connaissance d’Amnesty International, personne n’a été poursuivi à l’issue de ces enquêtes.

[…]




Source: