Novembre 14, 2020
Par Archives Autonomie
297 views


Un récent éditorial de Solidaridad Obrera est consacré à la question des économies, et il s’exprime dans les termes suivants :

Sur la proposition du représentant de la C.N.T. au Département de l’économie du Conseil de la Généralité, une décision a été rendue officielle hier qui mérite notre absolue approbation. Il s’agit d’une réorganisation du Conseil de l’Économie de Catalogne.

Le décret en question dit que les conseillers du dit organisme recevront une solde de six cents pesetas par mois et disposeront de mille pesetas pour satisfaire à tous les émoluments du personnel et dépenses de leur secrétariat. Quand un conseiller a besoin de la collaboration d’un technicien, il l’indiquera à son supérieur, qui lui procurera, pour autant qu’il soit possible, les services des techniciens de la Généralité, ou, et cela seulement en cas de ne pas disposer des éléments nécessaires, il pourra lui fournir un technicien du dehors. Cette mesure a pour but d’éviter de grandes dépenses.

En même temps le décret réglemente l’usage des automobiles, en laissant uniquement quatre véhicules.

Notre représentant au Gouvernement de la Généralité a non seulement réalisé avec succès cette mesure en suivant les habitudes d’austérité que la C.N.T. a su imprimer dès le premier moment à la Révolution, mais il a su aussi décréter, pour le personnel qui le seconde, la journée de dix heures que celui-ci a acceptée de grand cœur, plein d’enthousiasme et inspiré par la discipline qui doit caractériser tout bon révolutionnaire dans l’effort qui lui est demandé.

C’est ainsi seulement qu’on pourra construire d’une manière solide la Révolution économique qui est en train de se réaliser au cours même de la guerre civile. Cette dernière est le creuset où se forge la nouvelle personnalité de la Catalogne et de l’Espagne en finissant ainsi à jamais avec la gabegie qui caractérise la vie des organismes officiels bourgeois : pépinières de ronds-de-cuir, lieux de retraite d’amis et de familiers, qui faisaient de notre pays une nation chaotique, s’effondrent finalement sous le poids de tant d’insanité.

C’est seulement en imposant des habitudes d’économie à tous les organes nés de la Révolution en marche, que nous pourrons consolider le nouvel ordre de choses.

Nous devons reconnaître que le prolétariat catalan est en train de donner des preuves de clairvoyance, de générosité, qui facilitent la tâche des hommes qui, dans les différents services révolutionnaires, dirigent la vie de la Catalogne. Cette disposition du prolétariat catalan est une pierre fondamentale de la victoire. De tous les Syndicats ouvriers arrivent des offres en ce sens. A l’honneur des travailleurs, nous allons citer quelques-uns de ces exemples.

Les camarades de la maison Ford se sont offerts pour travailler les heures qui sont nécessaires et pour faire l’effort qu’on leur imposera au bénéfice de l’économie de guerre qui s’organise.

Les camarades de la General Motors ont fait une offre identique pour coopérer au même but.

Le Syndicat Unique des Travailleurs de Premia de Dalt a décidé que, aussi longtemps que dureront les circonstances actuelles, on travaillera huit heures au lieu de six.

Des offres de ce genre nous arrivent de toute la Catalogne. Bientôt notre industrie sera en état de fournir tout le matériel nécessaire pour qu’au front et à l’arrière la guerre puisse continuer avec tous les éléments indispensables à la victoire sur le fascisme ploutocratique, lequel a décrété l’écrasement de l’Espagne révolutionnaire et de tous les travailleurs ibériques qui luttent avec acharnement pour sauver la Révolution prolétarienne mondiale.

De cette façon, le prolétariat espagnol prouve à ses frères du monde entier qu’il mérite l’aide que lui apportent moralement et matériellement les camarades de tous les pays.

Cet exemple d’austérité, d’intelligence et de sacrifice s’impose parce que cela nous donne l’autorité nécessaire pour continuer à demander aux travailleurs du monde entier d’aider la Révolution prolétarienne ibérique et de nous envoyer, non seulement leur concours moral, mais, en outre, tous les éléments matériels nécessaires pour écraser définitivement la ploutocratie capitaliste agonisante.

A vous tous, travailleurs du monde entier, nous vous demandons de venir au secours de vos frères d’Espagne. Nous vous demandons que dans chacun de vos pays vous empêchiez vos gouvernements bourgeois d’envoyer aux fascistes espagnols des armes et de l’argent pour écraser ceux qui, d’une manière si généreuse et héroïque, sacrifient leur vie pour l’avenir de la grande famille prolétarienne mondiale.




Source: Archivesautonomies.org