FĂ©vrier 14, 2021
Par Paris Luttes
252 visites


Déclaration de la cinquiÚme assemblée du congrÚs national indigÚne et du conseil indigÚne de gouvernement

Ă  l’armĂ©e zapatiste de libĂ©ration nationale

aux peuples du monde

aux personnes qui luttent sur les cinq continents

soeurs-frĂšres et compañ[email protected]

SƓurs et frĂšres du monde, recevez un salut de la part de celles et ceux qui conformons le CongrĂšs National IndigĂšne. Nous sommes des peuples et des communautĂ©s qui habitons nos terres et territoires depuis bien avant l’imposition de ce qu’ils appellent l’État Mexicain. Nous avons non seulement notre propre langue et nos vĂȘtements, mais aussi une forme de gouvernement, de voir, comprendre et vivre le monde diffĂ©rente du monde capitaliste, qui voit tout comme une marchandise.

Nous sommes des peuples qui aimons la terre, les montagnes, les cours d’eau,les collines, les oiseaux et tout ĂȘtre vivant qui habite notre terre-mĂšre. Pour nous, la vie est sacrĂ©e, nous la vĂ©nĂ©rons. Avec le temps, les tyrans, ceux dont l’objectif est de dominer et d’exploiter, ont voulu en finir avec nous, dĂ©truire notre culture, notre territoire. Nous sommes une histoire de pillage, de rĂ©sistance et de rĂ©bellion et aujourd’hui, plus de cinq cent ans aprĂšs la conquĂȘte et la guerre, nous sommes menacĂ©s de disparition, tout comme que le monde entier.

SƓurs et frĂšres zapatistes, nos ainĂ©.e.s, comme toujours vos paroles et vos initiatives constituent une lueur d’espoir et un chemin pour nos peuples. Les mĂ©gaprojets, les multinationales, le crime organisĂ© et sa coordination avec le gouvernement nous envahissent de plus en plus pour exploiter et dĂ©truire notre territoire, notre vie. Les paroles mensongĂšres du prĂ©sident LĂłpez Obrador et sa soi-disante « quatriĂšme transformation Â» cherchent Ă  crĂ©er un mur pour cacher la guerre qui fait rage contre les peuples et la vie de la terre-mĂšre, voulant nous isoler et nous prĂ©senter comme les adversaires du progrĂšs, ce dont les autres gouvernements nous ont dĂ©jĂ  accusĂ©s, mais qui prend aujourd’hui un sens plus destructeur.

Notre parole, notre rĂ©alitĂ©, la guerre que nous vivons n’atteint pas tous les cƓurs oĂč elle devrait arriver, parce que nous ne dĂ©fendons pas seulement notre territoire, avec lui nous dĂ©fendons la vie de la terre-mĂšre et l’avenir de l’humanitĂ©. Toute la force du capital, de l’État et du crime organisĂ© s’exerce sur nos peuples, nous divisant, nous dĂ©possĂ©dant, nous menaçant, nous emprisonnant, nous assassinant…

Pour lire la suite ou télécharger le texte en format brochure, voire le site du Comité de Solidarité avec les Peuples du Chiapas en Lutte




Source: Paris-luttes.info