Décembre 3, 2016
Par Zone À Défendre
170 visites


message de soutien au potes du Chanti Ollín, un squat de la ville de México DF qui a été expulsé la semaine dernière pour faire un projet immobilier. L’immeuble est actuellement sous haute surveillance, en attendant sa potentielle destruction, un campement de résistance s’est installé devant le bâtiment.
Merci d’inclure les 2 contributions graphiques en PJ !



Hola Compas del Chanti Ollín (la Maison en Mouvement en Nahuatl)

Nous avons appris que vous avez encore subit l’expulsion violente de votre lieu de vie et d’organisation. Nous vous envoyons un message de soutien depuis la ZAD de Notre Dame des Landes. Vous avez accueilli certain-e-s d’entre-nous au Chanti et certain-e-s d’entre-vous sont venu-e-s nous rendre visite ici, des liens se sont tissés par delà la distance, nous nous sentons partager une lutte commune et nous sommes fortement touché-e-s par la répression qui vous atteint. Comme tant de luttes au Mexique vous avez choisi de résister courageusement à la dictature politique et économique qui dévaste ce monde. Comme vous, à notre manière nous nous organisons pour résister à la domination d’une élite qui s’approprie les ressources naturelles, les espaces vitaux et qui institue le contrôle total de nos vies par l’argent et la violence. Ils veulent nous exploiter et nous faire payer le droit d’exister sur la Terre qu’ils ont volée, qu’ils pillent et qu’ils ravagent. Ils voudraient nous aliéner, nous rendre complice de leur trahison, mais nous ne rentrerons plus dans leur cercle vicieux. Nous avons goûté à la liberté, à l’entraide, au partage, à la générosité et nous appelons toutes celles et tout ceux qui le peuvent à rejoindre les feux de camps devant le Chanti Ollín, sur la ZAD, ou sur toute les autres luttes, qui annoncent la fin de leur monde artificiel stérile et l’éveil d’une nouvelle réalité.

Depuis 14 ans vous avez sauvé le Chanti Ollín plusieurs fois en le réoccupant grâce à de larges élans de solidarité. De même pour nous en 2012, après une tentative d’expulsion nous avons empêché la destruction de la ZAD en réoccupant le terrain avec des personnes venues de tous horizons. Aujourd’hui les prédateurs de l’empire capitaliste planent toujours au dessus de nos têtes et menacent d’anéantir l’espérance que nous avons semé. Mais face à leur puissance de destruction, chaque matin, le chant des oiseaux avec qui nous vivons, nous appelle à défendre ce monde et à inventer ensemble de nouveaux jours. Chaque jour nous sommes plus nombreuses à traverser l’écran des illusions auquel on veut nous soumettre et à lutter collectivement contre l’isolement.

Chapulines, par vos chants de liberté, toutes ces années, vous avez constitué un vaste réseau d’ami-e-s qui se reconnaissent dans vos visions, et qui voient des paysages d’espoir au delà des murs de béton. Traversant les âges, au bord du lac des horreurs humaines, l’aigle et le serpent fusionnent à nouveau, Quetzalcoatl le souffle de vie est toujours dans nos esprits, pour faire voler en éclats la prison où l’humanité s’est enfermée. Chapulines, nous sommes de plus en plus nombreuses et nombreux prêt-e-s à combattre tous les empires. C’est en nous organisant patiemment partout comme vous le faites que nous pourront rompre leur domination. Nous luttons à vos côtés ! Pour chaque expulsion, milles occupations !

Une pensée particulière aux ami-e-s combattant-e-s pour la liberté et à tous les êtres vivants, arrêté-e-s, enfermé-e-s, déporté-e-s, tué-e-s, par des êtres (in)humains.

Des habitant-e-s de la ZAD





Source: