Cher.e.s camarades, cher.e.s ami.e.s,

Ces derniers temps, les masses populaires font irruption sur le devant de la scène politique et s’affirment plus que jamais avec enthousiasme et détermination.

D’un pays à l’autre, et plus particulièrement dans les pays du pourtour sud de la Méditerranée, la contestation ne cesse de se propager et de s’épanouir en soulèvements quasi insurrectionnels d’un type particulier. Par vagues, des dizaines de milliers voire des centaines de milliers de femmes, d’hommes, de jeunes et de moins jeunes de divers horizons descendent dans la rue et investissent les places publiques…

Ne pouvant plus rester indifférents à l’aggravation de leurs conditions existentielles précarisées, ils sortent de leur torpeur comme par enchantement et demandent des comptes à ceux qui se croyaient intouchables. Et du coup, une nouvelle époque commence à se former et à se structurer devant nos yeux et tant d’espoirs commencent à se profiler à l’horizon.

Bien entendu, la diversité des expressions dans l’unité de la lutte, ainsi que l’enthousiasme et la détermination manifestes des masses populaires, ne sauraient nous faire oublier les réelles contradictions au sein du mouvement. La stratification de la classe et sa faiblesse structurelle, la généralisation de la précarisation existentielle, et surtout l’étendue du travail informel, à l’échelle mondiale, tout particulièrement dans les pays du sud, font que la petite bourgeoisie et ses diverses propositions ont un poids considérable à tous les niveaux, et pas seulement au niveau de la direction politique du mouvement.

Ce qui nous laisse supposer que la transition déjà en cours, et pour un temps plus ou moins long, est toujours fonction de la capacité des masses populaires et des protagonistes révolutionnaires travaillant à réussir la lutte contre l’hégémonie des propositions bourgeoises ainsi que le renforcement de l’unité du mouvement populaire.

Ce qui de toute évidence n’est pas une tâche facile…

Tout naturellement cette situation s’inscrit dans le prolongement et l’épanouissement de toutes ces protestations, et autres révoltes (« Hirak ») qui façonnent le monde arabe depuis une dizaine d’années.

Elle s’inscrit aussi et surtout dans un contexte international où les contradictions inter-impérialistes sont exacerbées sur fond de crise globale du système capitaliste mondialisé moribond. La perte d’hégémonie d’un impérialisme US au niveau mondial le pousse dans sa fuite en avant vers plus d’agressivité vis à vis-à-vis des autres pôles impérialistes et surtout vers plus de criminelle hostilité envers des États indépendants quelque peu contestataires à son goût…

Ce que l’on voit ces jours-ci, aussi bien dans le Golfe vis à vis de l’Iran et du retrait de l’accord nucléaire, qu’en Palestine concernant la colonisation sioniste, n’est qu’une expression de cette perte d’hégémonie d’une super puissance impérialiste.

Cette dernière est dorénavant incapable de gérer des médiations entre les diverses composantes régionales au Moyen Orient. Elle s’affirme, et elle est obligée de s’affirmer, en tant qu’ennemie de tous les peuples de cette région. Peu importe à ce propos les souffrances qu’elle peut causer, les masses populaires finiront par déboulonner tous ces fantoches et autres potentats à ses ordres dans le Golfe et ailleurs dans le monde arabe.

Camarades, comme vous le voyez aujourd’hui, les masses populaires en Algérie comme au Soudan affirment haut et fort qu’il y a certainement place pour d’autres futurs que la soumission aux diktats des impérialistes et de leurs chiens de garde charognards au pouvoir.

Camarades, nous ne pouvons pas être indifférents à l’endroit des masses populaires palestiniennes et des combattants de la Résistance qui s’opposent courageusement à la barbarie de la soldatesque sioniste et des hordes de colons, dans des conditions particulièrement difficiles.

Nous ne pouvons pas être indifférents à l’endroit de nos camarades communistes et de nos camarades kurdes qui font face au régime fascisant en Turquie…

Nous ne pouvons pas être indifférents face aux massacres orchestrés par les impérialistes à travers les potentats de l’Arabie saoudite et du Golfe au Yémen…

La solidarité, toute la solidarité avec l’Algérie et ses masses populaires en lutte !

La solidarité, toute la solidarité avec le Soudan et ses masses populaires en lutte !

La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes, et dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, en Grèce, aux Philippines et ailleurs de par le monde !

La solidarité toute la solidarité avec les jeunes prolétaires des quartiers populaires !

Honneur aux Martyrs et aux masses populaires en lutte !

À bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et autres réactionnaires arabes !

Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et celles qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions !

Ensemble camarades et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !

À vous tous camarades et ami.e.s mes plus chaleureuses salutations révolutionnaires.

Votre camarade Georges Abdallah

Message de Georges Ibrahim Abdallah

Article publié le 26 Juin 2019 sur Renverse.co