Remise de courrier et rassemblement le mercredi 8 juillet à 10h devant les locaux de la société Est Métropole, propriétaire du bâtiment, 8 rue Marcel Dassault.

Une petite centaine de demandeurs d’asile de différents pays africains a investi en octobre dernier un immeuble de bureaux rue Becquerel laissé à l’abandon afin d’y trouver refuge. Ils et elles sont de nouveau menacé.es d’expulsion par la force publique à partir du 10 juillet. Ils et elles pourraient se retrouver à la rue alors que les risques sanitaires causés par le Coid-19 sont loin d’être réglés.

Aucun projet – ni travaux, ni vente – n’est annoncé sur les bâtiments qu’ils habitent à l’heure actuelle. Ceux-ci resteront peut-être de nouveau vides pendant de nombreuses années. Les Bâtiments de la CPAM desquels les demandeurs d’asile s’étaient fait expulsés en octobre dernier sont d’ailleurs toujours vides à l’heure actuelle.

Une procédure d’appel pour demander des délais supplémentaires a été lancée sur le bâtiment de la rue Becquerel, mais la société propriétaire et la préfecture pourraient décider de passer outre.

Les habitant.es inquiet.es se rendront donc ensemble devant les locaux de la société Est Métropole, 8 rue Marcel Dassault à 10h mercredi 8 juillet afin de remettre un courrier à M. Coursin, directeur général, de lui expliquer leur situation et de le solliciter pour un rendez-vous en vue de possibles délais supplémentaires, ce jusqu’à ce que des travaux puissent réellement être engagés.

Ils et elles invitent leur soutien à les accompagner pour cette remise de lettre et demande de rendez-vous.


Article publié le 04 Juil 2020 sur Dijoncter.info