Le 25 novembre 1910 : le couperet tombe. Jules Durand, syndicaliste et charbonnier au port du Havre est reconnu coupable de complicité d’assassinat et condamné à avoir la tête tranchée.

Victime d’une erreur judiciaire, celui qu’on appelle « le Dreyfus du syndicalisme » sera finalement libéré sous la pression d’une campagne internationale de soutien. Trop tard : les années de prison ont achevé de briser l’homme. Pour son documentaire, Sylvestre Meinzer est parti à la recherche des lieux et des hommes que Durand aurait pu côtoyer. Un film fort qui interroge.


Article publié le 08 Sep 2019 sur Millebabords.org