Malgré la forte baisse des arrivées, le risque de mourir pour les personnes migrantes tentant de traverser la Méditerranée a atteint des proportions alarmantes. Analyse par La Cimade d’une situation inadmissible liée à l’inertie macabre des États membres de l’Union européenne.

Depuis le début de l’année 2019, une personne sur sept meurt ou disparaît en Méditerranée centrale en tentant de rejoindre les côtes européennes. Pour la même période en 2018, c’était une personne sur 17, et une personne sur 46 en 2017. Des chiffres effrayants et probablement plus élevés, le nombre de bateaux quittant les côtes africaines demeurant inconnu.

Pourtant, les arrivées sur les côtes européennes, en particulier par la Méditerranée centrale, ne cessent de baisser. Au début du mois d’août 2019, l’agence européenne Frontex annonçait une baisse globale de 30 % des arrivées irrégulières sur le territoire européen par rapport à 2018. Selon le communiqué de l’agence, les arrivées via la Méditerranée centrale pour les sept premiers mois de 2019 représentent « un peu plus du quart du total des arrivées à la même période en 2018 ». C’est à dire une baisse de plus de 75 %.

[…]

>> Méditerranée centrale : une personne migrante sur sept meurt ou disparaît durant la traversée

Article publié le 2 septembre 2019


Article publié le 02 Sep 2019 sur Solidaires.org