Alors que ce dimanche 28 juin a lieu le second tour des élections municipales, le maire de Firminy, Marc Petit se présente pour un troisième mandat. Problème, le premier édile appelou a été condamné en appel pour agression sexuelle, dans une affaire datant de 2016.

Exclu du PCF à la suite des faits, il s’est donc lancé dans la course à l’élection sans étiquette, tout en continuant à clamer son innocence et en affirmant bénéficier du soutien de la population : « Beaucoup d’Appelous m’ont demandé de tenir bon, de résister. Beaucoup d’Appelous ne sont pas dupes, ils sont persuadés que je suis innocent et que cette affaire judiciaire est avant tout une affaire politique. » Reste à savoir si les électeurs-trices de la commune de Firminy continueront à faire preuve de mansuétude à son égard…


Article publié le 28 Juin 2020 sur Lenumerozero.info